UniFR Logo
    >Modules > Religions grecque et romaine : quelques thématiques > Des actes de culte > Le sacrifice grec

    Homère, Il., I, 457-474

    (trad. R. Flacelière, La Pléiade)

    Contexte : Le prêtre d'Apollon Chrysès a retrouvé sa fille Chryséis, enlevée puis rendue par les Grecs; il supplie alors le dieu d'écarter de l'armée le fléau qu'il a suscité et lui offre un sacrifice.

    "C'est ainsi qu'il supplie et Phoibos Apollon écoute sa prière. On cesse de prier; les grains d'orge lancés, on lève vers le ciel la tête des victimes, on égorge, on écorche, on détache les cuisses, on les couvre de graisse en une double couche; on dispose au-dessus les morceaux de chair crue. Puis le vieillard les fait brûler sur des sarments; il y répand du vin, à la couleur de feu; des jeunes gens, près de lui, tiennent en main des broches à cinq pointes. Les cuisses consumées, on mange les abats. Lors on coupe le reste en morceaux qu'on embroche; on les rôtit avec grand soin, puis, de la flamme, on les retire tous. Ces apprêts du repas une fois terminés, l'on se met au festin et personne en son cœur ne se plaint du banquet où chacun prend sa part. Et quand ils ont chassé la soif et l'appétit, des jeunes gens, puisant dans les cratères pleins, pour les libations donnent à chacun d'eux une coupe remplie. Et tout au long du jour, pour apaiser le dieu, les fils des Achéens chantent le beau péan, et célèbrent ensemble Apollon Secourable; et lui, de les entendre, éprouve joie au cœur."
Antiquit@s est un projet du Campus Virtuel Suisse - Contact : sandrine.codourey(at)unifr.ch & Centre NTE - Université de Fribourg - Suisse