UniFR Logo
    >Modules > Religions grecque et romaine : quelques thématiques > Les lieux et le personnel du culte > Le personnel cultuel grec

    LSCG, n° 69

    (trad. d'après B. Le Guen-Pollet, p. 130-131)

    Contexte : Il s'agit d'un règlement cultuel de la première moitié du IVe siècle av. J.-C. et qui règle les impératifs de la charge de prêtre du sanctuaire oraculaire et médical d'Amphiaraos à Oropos.

    "Dieux ! Que le prêtre d'Amphiaraos fréquente le sanctuaire de la fin de l'hiver jusqu'à la saison des labours, qu'il ne s'absente pas plus de trois jours consécutifs, et qu'il ne reste pas moins de dix jours par mois au sanctuaire; qu'il oblige le néocore à s'occuper du sanctuaire et des visiteurs conformément au règlement; si quelqu'un - étranger ou citoyen - commet une infraction dans le sanctuaire, que le prêtre ait pleine autorité pour lui infliger jusqu'à cinq drachmes d'amende et qu'il reçoive des gages du coupable; si ce dernier paie entièrement la somme due, qu'il la verse en présence du prêtre dans le thesauros; que le prêtre soit juge, si un particulier - étranger ou citoyen - subit un préjudice dans le sanctuaire, en infligeant une amende pouvant atteindre trois drachmes; quant aux infractions plus graves, qu'elles soient tranchées là où, pour chaque cas, les lois veulent que les jugements soient prononcés; que le jour même soient cités en justice les délits commis dans le sanctuaire; si l'accusateur se refuse à tout accommodement, que le procès ait lieu le lendemain; que celui qui veut être soigné par le dieu paie, comme dîme, pas moins de neuf oboles de la monnaie en cours et qu'il les verse dans le thesauros en présence du néocore [---]; que le prêtre, lorsqu'il est là, consacre par une prière les offrandes (hiera) et les dépose sur l'autel, et quand il n'est pas là, que celui qui sacrifie le fasse et que chacun, personnellement, consacre par une prière ses propres offrandes (hiera) lors du sacrifice (thusia), mais que ce soit le prêtre pour les sacrifices publics; que la peau de toutes les bêtes immolées dans le sanctuaire [soit consacrée]; que chacun puisse sacrifier ce qu'il veut, mais que l'on ne puisse emmener la viande hors du temenos; que les sacrifiants donnent au prêtre l'épaule de chaque victime, excepté lors de la fête; qu'il prenne alors l'épaule de chaque victime sacrifiée par la cité; que dorment ceux qui veulent (être soignés par le dieu) [----] obéissant au lois [---]; que le néocore enregistre le nom de celui qui fait l'incubation et celui de sa cité, lorsqu'il a versé l'argent, et qu'il les expose dans le sanctuaire, après les avoir inscrits sur une tablette de bois, pour que les voie quiconque le désire; dans le koimeterion, que dorment à part les hommes et les femmes, les hommes dans la partie située à l'est de l'autel, les femmes dans celle de l'ouest [---]"
Antiquit@s est un projet du Campus Virtuel Suisse - Contact : sandrine.codourey(at)unifr.ch & Centre NTE - Université de Fribourg - Suisse