UniFR Logo
    >Modules > Religions grecque et romaine : quelques thématiques > Les lieux et le personnel du culte > Des lieux de culte à Rome

    Tacite, Histoires, IV, 53

    (trad. H. Le Bonniec)

    Contexte : Restauration du Capitole après un incendie, en 70 ap. J.-C., sous l'empereur Vespasien.

    "Les haruspices, réunis par lui [Vespasien], recommandèrent de transporter dans des marécages les décombres de l'ancien sanctuaire et d'ériger le temple sur le même emplacement : les dieux ne voulaient pas que l'ancien plan fût modifié […] tout l'espace que l'on consacrait au temple fut entouré de bandelettes et de guirlandes; on y fit entrer des soldats dont les noms étaient de bon augure et qui portaient des rameaux d'arbres agréables aux dieux; puis les Vestales, accompagnées de jeunes garçons et de jeunes filles dont les pères et les mères vivaient encore, firent des aspersions d'eau vive de sources et des rivières. Alors le préteur Helvidius Priscus, répétant après le pontife Plautius Aelianus les formules rituelles, purifia l'aire en sacrifiant un porc, un bélier et un taureau; après avoir offert les entrailles des victimes sur un autel de gazon, il pria Jupiter, Junon et Minerve et les dieux tutélaires de l'Empire d'être favorables à l'entreprise et d'élever jusqu'au faîte, grâce à leur divine assistance, leur demeure qu'avait commencée la piété des hommes; puis il toucha les bandelettes avec lesquelles on avait lié la première pierre et entouré les cordages; en même temps, les autres magistrats, les prêtres, le Sénat, les chevaliers et une grande partie du peuple, unissant leurs efforts dans un même élan de zèle et d'allégresse, tirèrent l'énorme pierre. On jeta ça et là dans les fondations des pièces d'argent et d'or, ainsi des minerais vierges qu'aucune fournaise n'avait domptés, tels qu'ils naissent dans le sol. Les haruspices avaient enjoint de ne pas profaner l'édifice avec des pierres ou de l'or destinés à un autre usage. La hauteur du temple fut augmentée : c'était, croit-on, le seul changement autorisé par le scrupule religieux, la seule beauté qui manquait à la magnificence de l'ancien temple."
Antiquit@s est un projet du Campus Virtuel Suisse - Contact : sandrine.codourey(at)unifr.ch & Centre NTE - Université de Fribourg - Suisse