UniFR Logo
    >Modules > Religions grecque et romaine : notions et méthodes > Les mythes et la mythologie > "Rome sans mythes" ou "le mythe dans l’histoire"?

    Ovide, Fastes, III, 329-376

    (trad. R. Schilling 1992)

    Contexte : À l’époque du roi Numa des foudres tombaient sans cesse sur Rome et terrifiaient les Romains. Alors le roi Numa décide de s’adresser directement à Jupiter en personne pour résoudre le problème. Après une série de préliminaires pour attirer le dieu sur la terre, Numa se trouve en face de Jupiter.

    "La tradition admet que le sommet de la forêt de l’Aventin a tremblé; le sol s’est affaissé sous la pression pesante de Jupiter. Le cœur du roi tressaille; son sang se fige dans tout son corps et ses cheveux se hérissent sur sa tête. Quand il eut repris ses esprits, il dit : « Roi et père des dieux du ciel, accorde-moi un moyen sûr de conjurer la foudre, si j’ai toujours touché ton autel d’une main pure et si ma requête s’est présentée avec une langue pieuse ». Jupiter accéda à sa prière, mais il dissimula la vérité sous des tours énigmatiques et il terrifia Numa par l’ambiguïté de sa parole. « Coupe une tête », dit-il; le roi répondit : « J’obéirai; il faudra couper la tête d’un oignon tiré de mon jardin ». Le dieu précise : « la tête d’un homme »; le roi répond : « Tu prendras ses cheveux »; mais le dieu exige une vie; Numa réplique : « la vie d’un poisson ». Le dieu se mit à rire et dit : « Par ces offrandes, tâche de conjurer les traits de ma foudre, ô mortel qui n’est pas indigne de converser avec les dieux. Pour toi, je te donnerai, quand demain le dieu du Cynthe aura dégagé son disque en entier, des gages sûrs de souveraineté». À ces mots il est enlevé dans un immense grondement de tonnerre au-dessus du ciel qui en est ébranlé, et il laisse Numa prosterné en adoration. […] La terre était encore molle, toute baignée de rosée matinale : le peuple est présent devant la maison du roi. Celui-ci s’avance au beau milieu et prend place sur son trône d’érable; la foule innombrable se tient tout autour en silence. […] Le roi se releva et, la tête couverte d’un voile blanc comme neige, il tendit vers les dieux des mains qui leur étaient familières et dit : « Le moment du présent annoncé est venu; Jupiter, confirme ta promesse ». Tandis qu’il parlait, le soleil avait déjà sorti son disque en entier quand un violent fracas parvint des hauteurs célestes. Le dieu fit entendre trois fois le tonnerre, en l’absence de tout nuage, et trois fois il lança la foudre. Ajoutez foi à ce que je vais dire : je parle d’un événement miraculeux, mais réel. Le ciel commence à s’ouvrir en son milieu. La foule leva les yeux en même temps que son roi. Voici que descend un bouclier porté en douceur par une brise légère : le peuple pousse une clameur qui va jusqu’aux astres. Le roi ramasse le présent à terre, après avoir sacrifié une génisse, qui n’avait jamais subi la pression d’un joug sur sa nuque."
Antiquit@s est un projet du Campus Virtuel Suisse - Contact : sandrine.codourey(at)unifr.ch & Centre NTE - Université de Fribourg - Suisse