UniFR Logo
    >Modules > Sources écrites de l'Egypte ancienne > Textes "historiques": reflets de l'idéologie politique > La stèle du rêve de Thoutmosis IV

    Stèle du rêve de Thoutmosis IV

    Date de l'an 1 de Thoutmosis IV
    Titulature et épithètes qui mettent le roi en relation avec de nombreuses divinités
    « ...celui qui purifie Héliopolis, qui apaise Rê, qui restaure de château de Ptah... qui recherche ce qui est agréable pour les dieux de Haute et Basse Égypte, qui reconstruit leurs temples en belle pierre blanche (=calcaire) et perpétue toutes leurs offrandes... »

    « Or sa majesté était un jeune prince comme Horus...
    « Il s'occupait et prenait alors du plaisir sur le plateau désertique de la Muraille Blanche (nom de la ville de Memphis) et sur ses confins méridionaux et septentrionaux en tirant à l'arc sur une cible en métal, en chassant des lions et du gibier sauvage et en courant sur son char -ses chevaux étaient plus rapides que le vent- avec un seul de ses compagnons, sans que personne ne le sût.
    Puis venait pour lui l'heure d'accorder du repos à sa suite...
    Or la très grande statue de Khepri se dressait en ce lieu, grande de puissance, sainte de majesté ; l'ombre de Rê planait sur elle ; les districts de Houtkaptah (=Memphis) venaient à elle ainsi que toutes les villes qui étaient à proximité, les bras en adoration devant sa face et chargés de nombreuses offrandes pour son ka.
    Un jour, il arriva que le fils royal Thoutmosis alla se promener à l'heure du midi ; il s'assit à l'ombre de ce grand dieu ; le sommeil et le rêve s'emparèrent de lui au moment où le soleil était au zénith. Il trouva la majesté de ce dieu vénérable qui parlait de sa propre bouche comme un père parle à son fils : 'regarde-moi, jette un regard sur moi, ô mon fils Thoutmosis ; c'est moi ton père Harmachis-Khepri-Rê-Atoum. Je te donnerai ma royauté sur terre à la tête des vivants ; tu porteras la couronne blanche et la couronne rouge sur le trône de Geb, l'héritier ; le pays l'appartiendra dans sa longueur et sa largeur ainsi que tout ce qu'illumine l''il du maître de l'univers ; les aliments de l'intérieur du Double Pays seront à toi et d'abondants produits de tous les pays étrangers, ainsi qu'une durée de vie riche en années.
    Mon visage t'appartient, mon coeur t'appartient. (Puisque) tu es à moi, (vois) mon état est celui d'un homme dans la souffrance, tandis que mon corps tout entier est ruiné. Le sable du désert sur lequel je me dresse se rapproche de moi. Aussi me suis-je hâté de te confier la réalisation de ce qui est dans mon coeur ; car je sais que tu es mon fils, mon protecteur. Approche-toi, vois, je suis avec toi ; c'est moi qui suis ton guide.'
    À peine avait-il achevé de prononcer ces mots que ce fils royal regarda avec étonnement parce qu'il avait entendu ces paroles... lorsqu'il eut compris les paroles de ce dieu, il garda le silence dans son coeur... »

    traduction Christiane Zivie
Antiquit@s est un projet du Campus Virtuel Suisse - Contact : sandrine.codourey(at)unifr.ch & Centre NTE - Université de Fribourg - Suisse