UniFR Logo
    >Modules > Religions grecque et romaine : notions et méthodes > Polythéisme et anthropomorphisme > Entre hommes et dieux : les empereurs romains

    Hérodien, Histoire des empereurs romains, IV, 2-3

    (trad. D. Roques, Paris, 1990).

    "Les Romains ont l’habitude de diviniser ceux de leurs empereurs qui, à leurs morts, laissent la succession à leurs fils. Un tel honneur s’appelle apothéose. À travers la ville tout entière c’est un mélange de deuil, de fête et de dévotion. Le corps du défunt est enseveli à l’occasion d’obsèques grandioses, quoique conformes à l’usage établi chez les mortels. On façonne une effigie de cire en tout point semblable au disparu, on l’installe sur un très grand lit d’ivoire placé en surélévation, puis on l’expose dans l’entrée du Palais impériale sur des draps brodées d’or. Cette effigie, qui évoque un malade, y gît toute pâle. […] À intervalles réguliers des médecins arrivent, s’approchent du lit, simulent un examen du malade et proclament à intervalles réguliers le progrès du mal. Dès que, selon eux, la mort est intervenue, les personnages les plus nobles de l’ordre équestre et une élite des jeunes sénateurs enlèvent le lit, le transportent par la Voie Sacrée jusqu’au Vieux Forum […] et l’y exposent. [… description des rites funéraires] Ces rites accomplis, le nouvel empereur prend son flambeau et enflamme la construction, puis de tous les côtés les assistants viennent à leur tour y mettre le feu. Sous son action tout l’édifice s’embrase aisément, tant on y a amoncelé une grande quantité de bois combustible et d’aromates. Alors de la dernière structure, la plus petite, prend son essor, comme des créneaux d’une tour, une aigle qui monte dans les airs avec les flammes et dont les Romains croient qu’il emporte de la terre au ciel l’âme de l’Empereur. Et dès lors on associe l’Empereurs au culte des autres dieux."
Antiquit@s est un projet du Campus Virtuel Suisse - Contact : sandrine.codourey(at)unifr.ch & Centre NTE - Université de Fribourg - Suisse