UniFR Logo
    >Modules > Naissance et petite enfance à l'époque romaine > Naître différent > Tolérance ou exclusion?

    Suétone, Claude, 2-3

    "2. Il fut privé de son père dès son plus jeune âge, et presque durant toute son enfance et sa jeunesse, éprouvé par diverses maladies persistantes, bien que faible d'esprit comme de corps, on le jugea inapte, même à un âge plus avancé, à toute fonction publique et privée. Pendant longtemps, et même après qu'il fut sorti de tutelle, il resta sous la garde d'autrui et sous la direction d'un précepteur: lui-même se plaint dans un mémoire que cet homme, –un barbare, autrefois inspecteur des haras–, ait été placé à dessein auprès de lui pour le châtier, au moindre prétexte, le plus cruellement possible. Toujours en raison de sa santé, lors d'un combat de gladiateurs qu'il donnait avec son frère en mémoire de Drusus, il présida un capuchon sur la tête, contrairement à tous les usages, et quand il prit la toge virile, on le porta an litière au Capitole, vers le milieu de la nuit, sans aucune solennité (...).
    3. Pourtant, dès son plus jeune âge, il s'appliqua sérieusement aux études libérales et souvent même fit connaître au public ses essais dans chaque genre. Mais, malgré cela, il ne put acquérir aucune considération ni faire mieux augurer de lui pour l'avenir. Sa mère Antonia l'appelait couramment "une caricature d'homme, un avorton simplement ébauché par la nature", et quand elle taxait quelqu'un de stupidité. elle le déclarait "plus bête que son fils Claude". Son aïeule Augusta (Livie, la femme d'Auguste) eut toujours pour lui le plus profond mépris: elle ne lui parlait que très rarement, et ne lui donnait ses avis que par des billets durs et brefs, ou par des tiers."
Antiquit@s est un projet du Campus Virtuel Suisse - Contact : sandrine.codourey(at)unifr.ch & Centre NTE - Université de Fribourg - Suisse