UniFR Logo
    >Modules > Naissance et petite enfance à l'époque romaine > Naître différent > Procédures d'expiation et de procuration

    Tite-Live, Histoire romaine, 27.37

    Frusino, 208 av. J-C.

    "Avant que les consuls ne partent, on fit 9 jours d’expiation, parce qu’il avait plu des pierres à Véies. Suite à la mention d’un prodige, comme d’habitude, d’autres furent annoncés: à Minturna, le temple de Jupiter et le bois sacré de Marica, ainsi que le mur et la porte de la ville d’Atella furent frappés par la foudre. Pour rendre cela plus terrible, les habitants de Minturna ajoutèrent qu’il y avait une rivière de sang dans la porte. A Capoue, un loup entra par la porte de nuit et mutila une sentinelle. Ces prodiges furent expiés par des victimes majeures et les pontifes décrétèrent un jour de prières. Puis de nouveau neuf jours de supplication, parce qu’on avait vu à Armilustrum une pluie de pierres. Les esprits religieux enfin apaisés furent à nouveau troublés par l’annonce qu’à Frusino était né un enfant aussi grand qu’un enfant de quatre ans ; ce n’est pas tant la grandeur qui était stupéfiante que parce qu’à Sinuessa, deux ans plus tôt, était né un enfant de sexe incertain, mâle et femelle. En fait les haruspices appelés d’Etrurie déclarèrent que c’était un prodige terrible et infâme. Il devait être enlevé du territoire romain, aussi loin que possible du contact avec la terre, et porté sur la mer. Ils le mirent vivant dans un panier, l’emmenèrent sur la mer et le lancèrent par-dessus bord. Les pontifes déclarèrent également que trois fois neuf vierges devaient chanter un hymne en marchant à travers la ville. Pendant qu’elles étaient dans le temple de Jupiter Stator, occupées à apprendre l’hymne composé par le poète Livius, le temple de Junon Regina sur l’Aventin fut frappé par la foudre. Les haruspices prétendirent que ce prodige concernait les matrones et que la déesse devait être apaisée par une offrande; sur quoi, les matrones domiciliés dans la ville ou dans un périmètre de dix bornes furent appelées au Capitole par un un édit de l’édile curule. Elle choisirent parmi elles, vingt-cinq femmes qui devaient apporter une contribution de leur dot. A part cela, un bassin en or fut offert en offrande et amené sur l’Aventin, et les matrones après s’être purifiées offrirent un sacrifice.
    A l’instant même, les décemvirs fixèrent un jour pour un autre sacrifice à la même déesse; et l’ordre de la procédure était le suivant: depuis le temple d’Apollon, deux vaches blanches furent conduites à travers la porte Carmentalis jusque dans la ville; derrière elles, deux statues en bois de cyprès de Junon Regina étaient transportées. Venaient ensuite les vingt-sept vierges en robes longues, chantant leur hymne en l’honneur de Junon Regina, chanson qui, pour les esprits simples de l’époque, était dignes d’éloges, mais qui, répétée maintenant, serait répugnante et grossière. Derrière les vierges marchaient les décemvirs portant des couronnes de laurier et des toges prétextes. Depuis la porte, ils continuèrent la procession le long du Vicus Iugarius jusque dans le Forum. Dans le Forum, la procession s’arrêta et les vierges, et se passant une corde de main en main, avancèrent le son de leurs voix en battant le rythme avec leurs pieds. Ensuite en passant par le Vicus Tuscus et Velabrum, elles firent route à travers le Forum Boarium jusqu’au Clivus Publicus et le temple de Junon Regina. Là, les deux victimes furent sacrifiées par les décemvirs et les statues en cyprès portées dans le temple."

    [37] Priusquam consules proficiscerentur nouendiale sacrum fuit quia Ueiis de caelo lapidauerat. sub unius prodigii, ut fit, mentionem alia quoque nuntiata: Minturnis aedem Iouis et lucum Maricae, item Atellae murum et portam de caelo tactam; Minturnenses, terribilius quod esset, adiciebant sanguinis riuum in porta fluxisse; et Capuae lupus nocte portam ingressus uigilem laniauerat. Haec procurata hostiis maioribus prodigia et supplicatio diem unum fuit ex decreto pontificum. Inde iterum nouendiale instauratum quod in Armilustro lapidibus uisum pluere. Liberatas religione mentes turbauit rursus nuntiatum Frusinone natum esse infantem quadrimo parem nec magnitudine tam mirandum quam quod is quoque, ut Sinuessae biennio ante, incertus mas an femina esset natus erat. Id uero haruspices ex Etruria acciti foedum ac turpe prodigium dicere: extorrem agro Romano, procul terrae contactu, alto mergendum. Uiuum in arcam condidere prouectumque in mare proiecerunt. Decreuere item pontifices ut uirgines ter nouenae per urbem euntes carmen canerent. id cum in Iouis Statoris aede discerent conditum ab Liuio poeta carmen, tacta de caelo aedis in Auentino Iunonis reginae; prodigiumque id ad matronas pertinere haruspices cum respondissent donoque diuam placandam esse, aedilium curulium edicto in Capitolium conuocatae quibus in urbe Romana intraque decimum lapidem ab urbe domicilia essent, ipsae inter se quinque et uiginti delegerunt ad quas ex dotibus stipem conferrent; inde donum peluis aurea facta lataque in Auentinum, pureque et caste a matronis sacrificatum. confestim ad aliud sacrificium eidem diuae ab decemuiris edicta dies, cuius ordo talis fuit. Ab aede Apollinis boues feminae albae duae porta Carmentali in urbem ductae; post eas duo signa cupressea Iunonis reginae portabantur; tum septem et uiginti uirgines, longam indutae uestem, carmen in Iunonem reginam canentes ibant, illa tempestate forsitan laudabile rudibus ingeniis, nunc abhorrens et inconditum si referatur; uirginum ordinem sequebantur decemuiri coronati laurea praetextatique. a porta Iugario uico in forum uenere; in foro pompa constitit et per manus reste data uirgines sonum uocis pulsu pedum modulantes incesserunt. Inde uico Tusco Uelabroque per bouarium forum in cliuum Publicium atque aedem Iunonis reginae perrectum. Ibi duae hostiae ab decemuiris immolatae et simulacra cupressea in aedem inlata.

Antiquit@s est un projet du Campus Virtuel Suisse - Contact : sandrine.codourey(at)unifr.ch & Centre NTE - Université de Fribourg - Suisse