UniFR Logo
    >Modules > Naissance et petite enfance à l'époque romaine > L'entrée dans la communauté > La mise en nourrice

    Soranos, Des maladies des femmes, 2.7-8

    Le choix de la nourrice


    2.7
    Si quelque empêchement se produit, il faut choisir la meilleure nourrice possible, pour éviter à la mère de vieillir avant l'âge à force de s'user un peu chaque jour à allaiter. La terre ensemencée qui a donné ses fruits s'affaiblit, et en reste stérile pour un temps; de la même manière, quand une femme nourrit son enfant, ou bien elle vieillit prématurément parce qu'elle fournit une ration supplémentaire, ou bien ce qu'elle dépense à la nourriture de son enfant empêche son propre corps de se nourrir. La mère se trouvera donc mieux, tant pour son propre rétablissement qu'en vue d'avoir d'autres enfants, de cesser d'avoir les seins distendus par le lait."

    2.8. Il faut choisir une nourrice qui n'ait ni moins de vingt ans, ni plus de quarante ans; elle aura eu deux ou trois enfants, sera exempte de maladies, de bonne taille et de teint bien coloré; elle aura des seins de volume moyen, souples, sans dureté et sans rides, des mamelons ni trop gros ni trop petits, ni trop drus ni trop poreux ou laissant passer trop largement le lait; elle sera tempérante, sensible, de caractère paisible; ce sera une Grecque, et elle aimera la propreté."

Antiquit@s est un projet du Campus Virtuel Suisse - Contact : sandrine.codourey(at)unifr.ch & Centre NTE - Université de Fribourg - Suisse