UniFR Logo
    >Modules > Religions grecque et romaine : quelques thématiques > Le contact avec les dieux > La magie gréco-romaine

    Pline, Histoire naturelle, XXVIII - 19 et 29

    (trad. A. Ernout)

    19 "Il n'est d'ailleurs personne qui ne redoute d'être envoûté par des prières maléfiques. C'est à cette crainte que répond l'usage, après avoir mangé des œufs et des escargots, d'en briser aussitôt les coquilles ou de les percer avec la cuiller. De là provient aussi cette imitation des charmes d'amour dans Théocrite chez les Grecs, dans Catulle chez les Latins et, plus près de chez nous, dans Virgile."

    29 "Tout récemment, M. Servilius Nonianus, l'un des premiers de la cité, en appréhendant une ophtalmie, avant que lui-même eût prononcé le nom du mal ou que quelqu'un d'autre le lui eût signalé, s'attachait au cou, enveloppé dans un linge, un papier marqué des deux lettres grecques P et A; Mucianus, qui fut trois fois consul, pour se préserver de la même affection, portait une mouche vivante enfermée dans un petit linge blanc; ils prétendaient l'un et l'autre que ces talismans les garantissaient contre l'ophtalmie. Il existe aussi contre la grêle, contre certaines espèces de maladies, contre les brûlures, des incantations dont plusieurs ont été éprouvées, mais, devant la diversité des opinions, je ressens une grande gêne à les révéler; aussi libre à chacun d'en penser ce qui lui plaira."
Antiquit@s est un projet du Campus Virtuel Suisse - Contact : sandrine.codourey(at)unifr.ch & Centre NTE - Université de Fribourg - Suisse