UniFR Logo
    >Modules > Religions grecque et romaine : quelques thématiques > Le contact avec les dieux > Les cultes à mystères en Grèce

    Hymne ps.-homérique à Déméter - v. 268-274 - v. 470-479

    (trad. J. Humbert)

    Contexte : En deuil et en colère, Déméter était partie à la recherche de sa fille Coré, enlevée par Hadès, le dieu des Enfers. Les souverains d'Éleusis l'avaient accueillie au cours de ses pérégrinations. En reconnaissance, après avoir essayé en vain d'immortaliser leur jeune fils, elle y fit établir un temple et y instaura des "mystères" frappés du sceau du secret.

    v. 268-274 : Je suis Déméter que l'on honore, la plus grande source de richesse et de joie qui soit aux Immortels et aux hommes mortels. Mais allons ! Que le peuple entier [d'Éleusis] m'élève un vaste temple et, au-dessous, un autel, au pied de l'acropole et de sa haute muraille, plus haut que le Callichoros, sur le saillant de la colline. Je fonderai moi-même des mystères (orgia), afin qu'ensuite vous tâchiez de vous rendre mon cœur propice en les célébrant pieusement.

    v. 470-479 : [Déméter] fit aussitôt des labours féconds lever le grain : tout entière, la vaste terre se chargea de feuilles et de fleurs. Puis elle s'en fut enseigner aux rois justiciers - à Triptolème, à Dioclès, le maître de char, au puissant Eumolpe et à Célée, chef du peuple - l'accomplissement du ministère sacré (dresmosune hieron) et elle leur révéla les beaux rites (orgia kala), les rites augustes (semna) qu'il est impossible de transgresser, de pénétrer, ni de divulguer : le respect des déesses est si fort qu'il arrête la voix.
Antiquit@s est un projet du Campus Virtuel Suisse - Contact : sandrine.codourey(at)unifr.ch & Centre NTE - Université de Fribourg - Suisse