UniFR Logo
    >Modules > Religions grecque et romaine : quelques thématiques > Le contact avec les dieux > La divination grecque

    Hérodote, VII, 140-141

    (trad. Ph.-E. Legrand)

    Contexte : Les Athéniens se font les champions de la liberté face à la menace perse et tiennent bon, même quand l'oracle de Delphes leur prédit des catastrophes. L'oracle du "rempart de bois" fut exploité par Thémistocle dans le sens de sa politique de construction navale et d'affrontement des Perses sur mer à Salamine. De là à penser qu'il souffla l'oracle à la Pythie, il n'y a qu'un pas...

    "Pas même les oracles venus de Delphes, oracles effrayants et propres à jeter dans la terreur, ne les décidèrent à abandonner la Grèce, mais ils demeurèrent fermes et prirent sur eux de recevoir le choc de l'ennemi qui attaquait leur pays. Les Athéniens avaient envoyé à Delphes des théores qui se disposaient à consulter; ils avaient accompli autour du sanctuaire les cérémonies rituelles, ils venaient d'entrer dans le megaron, ils s'asseyaient, quand la Pythie, qui avait nom Aristoniké, proféra ces paroles prophétiques : "Malheureux, pourquoi vous tenez-vous assis ? Quitte ta demeure et les hauts sommets de ta ville circulaire; fuis aux extrémités de la terre. Ni la tête ne reste solide ni le corps; ni l'extrémité des jambes ni les mains ni rien de ce qui est au milieu n'est épargné; tout est réduit à un état pitoyable, détruit par l'incendie et l'impétueux Arès monté sur un char syrien (...)". Lorsque les théores des Athéniens eurent entendu ces paroles, ils furent affligés au plus haut point [un citoyen de Delphes leur conseille alors de consulter l'oracle une seconde fois]. Les Athéniens suivirent ce conseil; ils adressèrent au dieu cette prière : "O Seigneur, fais-nous quelque réponse plus favorable au sujet de notre patrie (...)". En réponse à cette prière, la Pythie leur rendit ce second oracle : "(...) Quand sera conquis tout le reste de ce qu'enferment la colline de Cécrops et l'antre du divin Cithéron, Zeus aux vastes regards accorde à Tritogénie qu'un rempart de bois soit seul inexpugnable, qui sauvera et toi et tes enfants. Ne va pas attendre sans bouger la cavalerie et l'armée de terre qui arrive en foule du continent; recule, tourne le dos; un jour viendra bien encore où tu pourras tenir tête. O divine Salamine, tu perdras, toi, les enfants des femmes, que ce soit à quelque moment où le don de Déméter est répandu ou bien est recueilli." Cette réponse parut aux théores moins dure que la précédente, ce qu'elle était en effet; ils la mirent par écrit et partirent pour Athènes."
Antiquit@s est un projet du Campus Virtuel Suisse - Contact : sandrine.codourey(at)unifr.ch & Centre NTE - Université de Fribourg - Suisse