UniFR Logo
    Modules > Reflet d'une société : les habitants d'Avenches sous l'Empire romain > Les classes sociales à Avenches > Un noble helvète romanisé

    La carrière de C. Iulius Camillus

    Le poste de magister. Il s’agit d’une magistrature d’Avenches. Selon César, certaines tribus gauloises disposaient d’une magistrature suprême unique. Le titre de ce magistrat suprême variait selon les tribus : magister chez les Consoranni et les Helvètes, vergobretus chez les Eduens, praetor chez les Bituriges Vivisques. Une fois Avenches devenue colonie romaine, vers 70 apr. J.-C., le titre de magister a été abandonné au profit de celui de duumvir pour désigner la plus haute magistrature de la cité. C. Iulius Camillus a donc été magister à Avenches avant 70 apr. J.-C.

    La charge de prêtre du culte impérial. L’inscription évoque cette fonction sous le terme de sacerdos Augusti, mais dès le milieu du Ier s., on donne généralement à ce prêtre le nom de flamen. Le culte impérial, instauré par Auguste, était pratiqué dans tout l’Empire romain à deux échelons : dans chaque province (culte impérial provincial) et dans les villes qui en prenaient l’initiative (culte impérial municipal). C’est à l’échelon municipal, à Avenches, que Camillus a été prêtre du culte impérial. Les témoignages du culte de l’empereur sont nombreux à Avenches dès la première moitié du Ier s. apr. J.-C.

    La carrière militaire. Il est probable que Camillus est entré dans l’armée romaine alors qu’il était jeune homme. Il y a accompli ses années de service, couronnées par l’accession au tribunat militaire dans la Légion IV Macedonica, stationnée à Mayence en Germanie Supérieure.
    Pour être tribun militaire, il fallait appartenir à l’ordre équestre. Comment un citoyen d’origine helvète, dont la famille était romanisée depuis quelques décennies seulement, est-il parvenu à cette position privilégiée ? On suppose que Camillus possédait des relations haut placées, un « parrain » puissant, proche de l’empereur ou du gouverneur de la province. Une relation personnelle (un lien de clientèle ?) entre Camillus et Ser. Sulpicius Galba, le futur empereur de 68 apr. J.-C. qui commandait alors l’armée de Germanie Supérieure, est probable.
    Une fois son tribunat achevé, Camillus est revenu dans sa patrie. Il fut cependant rappelé comme tribun militaire pour la campagne de Bretagne en 43 apr. J.-C., sous la conduite de l’empereur Claude. Ce rappel doit avoir été fait à l’initiative de Galba qui était un proche de Claude. Camillus participa à la campagne de Bretagne dans l’entourage immédiat de l’empereur. Lors du triomphe de 44 apr. J.-C., il reçut de hautes décorations militaires (haste pure et couronne d’or), preuve qu’il avait su se faire remarquer du Prince.

    L’ordre chronologique des postes. C’est certainement après avoir été tribun militaire et après avoir participé à la campagne de Bretagne que C. Iulius Camillus a été magister et flamine à Avenches. L’inscription mentionne donc ces différents postes sans respecter l’ordre chronologique dans lequel ils ont été remplis. En fait, elle indique d’abord les charges effectuées à Avenches, puis les autres étapes de la carrière de C. Iulius Camillus.
Antiquit@s est un projet du Campus Virtuel Suisse - Contact : sandrine.codourey(at)unifr.ch & Centre NTE - Université de Fribourg - Suisse