UniFR Logo
    Modules > Reflet d'une société : les habitants d'Avenches sous l'Empire romain > Société romaine, société helvète > Accéder à la citoyenneté romaine

    Les documents

    "Comme Auguste jugeait important de maintenir le peuple romain sans mélange et intact de toute intrusion de sang étranger […], il ne distribua que chichement le droit de cité romaine […]. A Tibère qui demandait la citoyenneté en faveur d’un Grec de ses clients, il écrivit : « Je ne la lui attribuerai que si vous me démontrez de vive voix à quel point votre demande est justifiée » ; de même, il le refusa à Livie qui sollicitait le droit de cité pour un Gaulois qui payait un impôt, mais il offrit l’immunité fiscale en déclarant : « Il m’est plus facile de soustraire quelque chose au fisc que de brader le privilège de la citoyenneté romaine »."
    Magni praetera existimans sincerum atque ab omni colluuione peragrini ac seruilis sanguinis incorruptim seruare populum, et ciuitates Romanas parcissime dedit [....]Tiberio pro cliente Graeco petenti rescripsit : "non aliter se daturum, quam si praesens sibi persuasisset, quam iustas petendi causas haberet ;" et Liuiae pro quodam tributario Gallo roganti ciuitatem negauit, immunitatem optulit affirmans : "facilius se passurum fisco detrahi aliquid, quam ciuitatis Romanae uulgari honorem".
    Suétone, Auguste, XL, 5-6

    "(Claude) raya de la liste des juges et renvoya à sa condition de pérégrin un personnage de rang équestre qui comptait parmi les notables de la province de Grèce mais qui ignorait la langue latine."
    Splendidum uirum Graeciaeque prouinciae principem, uerum Latini sermonis ignarum, non modo albo iudicum erasit, sed in peregrinitatem redegit.
    Suétone, Claude, XVI, 4

Antiquit@s est un projet du Campus Virtuel Suisse - Contact : sandrine.codourey(at)unifr.ch & Centre NTE - Université de Fribourg - Suisse