UniFR Logo
    Modules > Religions grecque et romaine : quelques thématiques > Le contact avec les dieux > La magie gréco-romaine

    Deuotio romaine

    L'exemple de la deuotio romaine montre bien les recouvrements possibles entre les données "religieuses" et celles qui sont qualifiées de "magiques". Cette pratique consiste à vouer les troupes ennemies aux dieux infernaux. Une formule plus exceptionnelle encore consiste à inclure dans le processus de deuotio le consul lui-même, qui se "sacrifie" pour la victoire. A bien y regarder, cette procédure n'a rien à envier aux defixiones qui étaient des formules de dévotion inscrites sur des lamelles de plomb et enterrées dans une tombe pour que les dieux Mânes soient informés et transmettent la demande. De telles pratiques relèvent de ce que nous appelons la magie, mais la comparaison entre ces deux pratiques romaines montre qu'il était moins question d'un clivage que d'une différence d'intensité et d'objectif : dans le cas de la dévotion publique d'un consul pour le salut du peuple romain, la formule est exemplaire; dans le cas de l'assouvissement d'une vengeance contre un concitoyen, elle est condamnable.

    Cf. texte de Tite-Live, VIII, 9
Antiquit@s est un projet du Campus Virtuel Suisse - Contact : sandrine.codourey(at)unifr.ch & Centre NTE - Université de Fribourg - Suisse