UniFR Logo
    Modules > Religions grecque et romaine : quelques thématiques > Le contact avec les dieux > Les cultes dits "orientaux" sous l'Empire romain

    Le terme de "religions orientales"

    "Depuis F. Cumont, on entend par "religions orientales" les cultes égyptiens, syriens, anatoliens dont l'archéologie, l'épigraphie et la tradition littéraire attestent la diffusion à Rome et dans l'Occident romain. Outre Isis et Sérapis, Cybèle et Attis, Adonis et Atargatis, les Baals d'Héliopolis, de Damas, ou de Doliché, F. Cumont prenait en compte dans une appendice sur les mystères de Bacchus un dieu grec, mais que ses ascendances thraco-phrygiennes rattachent à l'Orient" (citation de R. Turcan, Les cultes orientaux dans le monde romain, Paris, 1989, p. 9).

    Depuis les travaux de F. Cumont, en effet, le concept de religions orientales a eu beaucoup de poids dans les études du monde classique. Cette définition est aujourd'hui remise en cause. Tout d'abord, la provenance orientale n'était pas un critère fondamental pour les Romains. Eux préféraient parler de "cultes étrangers", en soulignant ainsi que ceux-ci ne faisaient pas partie de leur mos maiorum. Ensuite, comme l'a remarqué S. Price, la définition de "religions orientales" fait penser à un lieu d'origine homogène qui n'existe pas dans la réalité. En effet, l'"Orient" dont elles proviennent n'est pas un monde homogène. Il s'agit de pays différents qui ont des traditions religieuses propres. Enfin, il serait éventuellement pertinent de parler de "religions orientales dans le monde romain" si ces cultes avaient conservé intact leur caractère original. Mais ce n'est pas le cas. En effet, ces cultes, en s'insérant dans le monde romain, acquièrent une forme nouvelle, qui est un mélange d'éléments "orientaux" et romains. Cela a été montré clairement par Ph. Borgeaud à propos de la Mère des dieux (cf. bibliographie). R. MacMullen arrive carrément à affirmer, à propos du culte de Mithra : "Les liens du mithriacisme avec l'Orient se réduisent à si peu de choses qu'il n'y a pas grand risque à leur dénier toute existence" (p. 190).
Antiquit@s est un projet du Campus Virtuel Suisse - Contact : sandrine.codourey(at)unifr.ch & Centre NTE - Université de Fribourg - Suisse