UniFR Logo
    Modules > Numismatique > Numismatique romaine > Les pièces de monnaie du Haut Empire

    Dévaluation de la monnaie par le biais d'une baisse de la teneur en argent des pièces

    La valeur courante des monnaies antiques dépendait avant tout de leur teneur en métaux précieux (l'or et particulièrement l'argent).
        La valeur courante des monnaies antiques dépendait avant tout de leur teneur en métaux précieux (l'or et particulièrement l'argent).

    Un besoin élevé d'argent, comme lors des temps de crise pour payer à temps les soldats par exemple, amenait parfois l'État à ne plus pouvoir satisfaire la demande générale en pièces de monnaie. Les raisons de ce déséquilibre? Parallèlement à l'épuisement des gisements de minerais, la population stockait lors des crises les monnaies de métal noble à cause de leur valeur matérielle élevée. De plus, beaucoup de mercenaires, notamment des Germains, dépensaient leur argent non plus dans l'Empire romain, mais dans leur patrie d'origine. Par voie de conséquence, les dépenses ne pouvaient être encore assumées qu'en diminuant la teneur en argent des monnaies, tout en en conservant la valeur nominale. Cependant, la pensée économique de l'Antiquité n'avait pas conscience que cette pratique conduisait à une hausse des prix et à une inflation. Afin de continuer à faire face à la demande en argent, ne restait alors que la possibilité de poursuivre la baisse, par exemple, du poids et de la quantité d'argent des pièces... Pour combattre ce cercle vicieux, les empereurs des IIIe et IVe siècles furent obligés d'imposer plusieurs réformes monétaires.

    C'est seulement à l'époque moderne que Sir Thomas Gresham (1519-1579), commerçant et conseiller de la cour d'Angleterre, identifia ce processus comme une régularité et le théorisa. On parle depuis de "loi de Gresham". Cela signifie que, dans une devise qui se compose de bons et de mauvais moyens de paiement, les bons moyens sont retirés de la circulation et les mauvais restent dans le circuit : le mauvais argent chasse alors le bon. En anglais, cette loi est exprimée par la formule suivante : "When there is a legal tender currency, bad money drives good money out".

    L'analyse des monnaies découvertes sous cet angle métallurgique, mise en rapport avec les sources écrites relatives aux prix et aux salaires, ou aux problèmes d'approvisionnement, fournit d'intéressants aperçus de l'histoire financière et économique de l'État romain. L'exemple suivant montre comment les empereurs romains manipulaient le poids et l'aloi (la teneur en argent) des monnaies d'argent frappées à Alexandrie (les tétradrachmes). Aucune étude métallurgique n'est encore disponible pour les lacunes du graphe rose.

    L'exemple est tiré de : Kenneth W. Harl, Coinage in the Roman Economy 300 B.C. to A.D. 700, Baltimore - Londres, 1996, p. 142.

     

     

    description de l'image

    Années
    Empereur
    Poids (g)Teneur en argent (%)Teneur en argent (g)
    58-67
    Néron
    13.22
    16.54
    2.19
    167-170
    Marc Aurèle
    12.68
    12.39
    1.57
    178-182
    Commode
    11.90
    7.75
    0.92
    191-192
    Commode
    11.90
    6.20
    0.74
    193-211
    Septime Sévère
    11.55
    10.01
    1.16
    212-217
    Caracalla
    12.62
    7
    0.88
    218-222
    Elagabal
    12.28
    -
    -
    224-227
    Sévère Alexandre
    12.75
    6.84
    0.87
    235-238
    Maximin le Thrace
    12.41
    6
    0.74
    238
    Gordien I
    12.90
    7.50
    0.96
    238-244
    Gordien III
    12.38
    6
    0.74
    244-249
    Philippe l'Arabe
    12.20
    5
    0.61
    249-251
    Dèce
    12.56
    7
    0.87
    251-253
    Trébonien Galle
    10.59
    -
    -
    253-260
    Valérien
    10.52
    -
    -
    260-261
    Macrien & Quietus
    10.49
    -
    -
    261-268
    Gallien
    9.97
    4
    0.40
    268-270
    Claude II
    9.71
    2.7
    0.26
    270-274
    Aurélien
    9.24
    -
    -
    274-275
    Aurélien
    7.99
    -
    -
    275-276
    Tacite
    8.05
    -
    -
    276-282
    Probus
    7.78
    -
    -
    282-284
    Carus & Carin
    7.77
    -
    -
    284
    Dioclétien
    7.47
    0.50
    0.04




Antiquit@s est un projet du Campus Virtuel Suisse - Contact : sandrine.codourey(at)unifr.ch & Centre NTE - Université de Fribourg - Suisse