UniFR Logo
    Modules > Epigraphie latine > Débutants > Introduction

    Les chiffres romains

    Comme en Grèce, les chiffres étaient notés par des lettres :

    I = 1; II = 2, III = 3; IV = 4; V = 5; VI = 6; VII = 7; VIII = 8; IX = 9; X = 10; XI = 11 XII = 12; XX = 20; XXX = 30; XL = 40; L = 50; C = 100; D = 500; M = 1000

    Le système fonctionne autour des chiffres I, V, X, L, C, D et M.

    Pour écrire les chiffres intermédiaires, on doit effectuer des combinaisons entre plusieurs lettres, soit en ajoutant une lettre, et ce jusqu’à trois, pour donner par exemple 2 (= II), 3 (= III), 13 (= XIII) ..., soit en faisant précéder d'une lettre les chiffres V et X pour donner 4 ou 9 et leurs multiples, par exemple 4 (= IV), 9 (= IX), 19 (XIX), 90 (= XC), 400 (= CD), ...

    Toutefois, il est fréquent de trouver dans les inscriptions le chiffre 4 écrit IIII, 9 écrit VIIII, 14 écrit XIIII, 19 écrit XVIIII, 40 écrit XXXX, 90 écrit LXXXX, ...

    L’indication des milliers peut également se faire à l’aide d’une barre horizontale, appelée haste, qui surmonte le chiffre des milliers. Par exemple : 1000 = description de l'image ; 10 000 = description de l'image , ...

    Enfin, pour exprimer les centaines de milliers, on inscrivait la lettre dans un cadre. Par exemple 1 000 000 (soit 10 fois cent mille) se notait description de l'image

    Bibliographie

    J. N. Corvisier, « Alphabet et numérotation », in Sources et méthodes en histoire ancienne, Paris, 1997, p. 93-95.
    J.-M. Lassère, « La notation des chiffres », in Manuel d'épigraphie latine, vol. 1, Paris, 2005, p. 56-60.
Antiquit@s est un projet du Campus Virtuel Suisse - Contact : sandrine.codourey(at)unifr.ch & Centre NTE - Université de Fribourg - Suisse