UniFR Logo
    Modules > Famille et communauté dans le monde homérique > Maison et famille > Le genos : la famille en tant que lignée

    La gloire (kleos) comme obligation morale réciproque

    "Si le héros doit prouver qu'il est bien le digne héritier de la valeur de ses ancêtres, il se doit aussi d'apparaître comme un modèle que les générations à venir voudront imiter. Comme la valeur n'est pas une donnée naturellement héréditaire, il importe que puisse se développer, au niveau de la morale héroïque, une obligation d'identification entre les générations. C'est ici que la honte et la gloire trouvent, dans la poésie homérique, tout leur sens. Histoire faite pour se transmettre d'âge en âge, la parole de l'aède chante une gloire qui sert de lien entre les générations. Entre les notions de "gloire", kleos, et de "lignée", genos, il y a une corrélation nécessaire. Pas plus qu'on ne saurait imaginer un héros sans genos, on ne saurait imaginer un héros sans kleos. Dans le monde héroïque, on n'hérite pas de la gloire de ses ancêtres, sans contracter une forme d'obligation à leur égard et à l'égard de ses propres descendants. Dans l'Iliade, il faut ainsi établir une corrélation entre l'ambition de rendre gloire à ses ancêtres et celle d'avoir des fils encore meilleurs que soi. Complémentaires l'une de l'autre, chacune des deux aspirations reflète une même exigence: celle imposée à tout héros de perpétuer la valeur et l'identité du genos dont il est issu. Un héros ne saurait rêver à un fils meilleur que lui sans être lui-même le meilleur possible: plus grande sera la gloire d'Hector, plus il obligera son fils à l'excellence." D. Bouvier, Le sceptre et la lyre, Grenoble, 2002, p. 116.
Antiquit@s est un projet du Campus Virtuel Suisse - Contact : sandrine.codourey(at)unifr.ch & Centre NTE - Université de Fribourg - Suisse