UniFR Logo
    Modules > Famille et communauté dans le monde homérique > Maison et famille > L'oikos : la famille en tant que maisonnée

    Le monde d'Ulysse : société de la famille

    "L'absence de termes politiques comme «citoyenneté», la prédominance de la famille de Priam à Troie et la focalisation sur l'action individuelle ont incité plusieurs critiques à affirmer que le monde homérique était d'abord celui d'une aristocratie du type de l'Age obscur. Dans son travail pionnier, Le monde d'Ulysse, paru en 1954, Moses I. Finley fixait la thèse que des générations d'homéristes allaient reprendre à quelques nuances près: ni l'Iliade, ni l'Odyssée «n'ont trace d'une polis au sens classique du terme. Polis chez Homère ne signifie rien de plus qu'une place fortifiée […] L'oikos, en revanche, définit les conditions psychologiques et matérielles de la vie d'un homme.» Suivant Finley, Adkins ajoute: «l'unité de pouvoir, l'unité sociale et économique, c'est l'oikos: aucune unité effective plus large que l'oikos ne possède des propriétés et des terres et ne se trouve donc à même de subvenir à l'approvisionnement en nourriture.» Même conviction chez James Redfield qui écrit: «l'héritage assure la continuité de l'oikos qui est l'institution fondamentale». Plus récemment, une nouvelle vague de commentateurs s'est ralliée à cette vue, dont John Halverson: «le fondement structurel —et en fait psychologique— de la société est l'oikos.»"
    S. Scully, Homer and the Sacred City, Ithaca — London, 1990, p. 100.
Antiquit@s est un projet du Campus Virtuel Suisse - Contact : sandrine.codourey(at)unifr.ch & Centre NTE - Université de Fribourg - Suisse