UniFR Logo
    Modules > Être prisonnier en Grèce classique et hellénistique > Des prisonniers libérés ou sauvés > La libération collective par voie diplomatique

    Le document

    Référence : Sylloge3, 588, l. 65-73.
    Contexte : Extrait d’un traité qui mit fin, vers 185-180 av. J.-C., aux hostilités opposant d’un côté Milet et son alliée Héraclée du Latmos, de l’autre Magnésie du Méandre et son alliée Priène. Deux clauses du traité concernent les prisonniers faits de part et d’autre. La seconde de ces clauses a été examinée dans la fiche 2.3. La première est analysée ci-dessus.

    "En ce qui concerne les citoyens prisonniers qui ont été emmenés au cours de la guerre et qui se trouvent détenus dans les prisons publiques à Magnésie, à Milet, à Héraclée ou à Priène, que chacun des camps en remette un nombre égal aux ambassadeurs dépêchés en vertu des accords conclus. Le peuple des Magnètes a bien voulu remettre aux Rhodiens sans exiger de rançon les prisonniers milésiens en surnombre.
    En ce qui concerne ceux qui sont prisonniers chez des particuliers à Magnésie, à Milet, à Priène ou à Héraclée, que les Magnètes fassent libérer contre rançon les Milésiens et les Héracléotes qui se trouvent dans cette situation à Magnésie ou à Priène, que les Milésiens agissent de même envers les Magnètes ou les Priéniens qui se trouvent dans cette situation à Milet ou à Héraclée."
Antiquit@s est un projet du Campus Virtuel Suisse - Contact : sandrine.codourey(at)unifr.ch & Centre NTE - Université de Fribourg - Suisse