UniFR Logo
    Modules > Être prisonnier en Grèce classique et hellénistique > Des prisonniers monnayés > Le rachat des captifs (suite)

    Le document

    Référence : A. Bielman, Retour à la liberté. Libération et sauvetage de prisonniers en Grèce ancienne, Paris, 1994, nÐ 40 (avec traduction française).
    Contexte : La ville de Trézène (Péloponnèse) honore un citoyen de Théangéla (Asie Mineure), une colonie de Trézène, qui avait racheté un citoyen trézénien asservi.

    "[…] ayant appris que Charmadas, qui avait été réduit en esclavage par des Etoliens, se trouvait dans la région, Aristeides s’employa avec empressement et de sa propre initiative à le racheter de ses propres deniers, l’entretint pendant un certain temps, pus le rapatria à ses frais […]."
Antiquit@s est un projet du Campus Virtuel Suisse - Contact : sandrine.codourey(at)unifr.ch & Centre NTE - Université de Fribourg - Suisse