UniFR Logo
    Modules > Être prisonnier en Grèce classique et hellénistique > Des prisonniers torturés et exécutés > Les massacres collectifs

    Le document

    Référence : Xénophon, Helléniques, II, 1, 31.
    Contexte : En 404 av. J.-C., dans le cadre de la Guerre du Péloponnèse, la flotte athénienne composée de 180 vaisseaux est surprise dans l’Hellespont, à Aigos-Potamos, par le général spartiate Lysandre. A l’exception de quelques navires qui parviennent à prendre la fuite et à regagner Athènes, l’ensemble de la flotte athénienne est vaincue et les équipages capturés.

    "Lysandre fit transporter les vaisseaux, les prisonniers et tout le reste à Lampsaque et s’assura de la personne des stratèges [...]. Puis Lysandre réunit les alliés et leur demanda de délibérer sur le sort des prisonniers. Et ce furent alors des accusations en grand nombre contre les Athéniens. On leur reprochait les actes déjà accomplis contrairement au droit des gens et ceux qu’ils avaient décidé par vote de commettre s’ils étaient vainqueurs sur mer : il s’agissait de couper la main droite à tous les prisonniers. Et on rappelait qu’après avoir pris deux trières (une de Corinthe et une d’Andros), ils en avaient précipité tous les hommes à la mer [...]. On dit encore bien d’autres choses et l’on décida d’exécuter parmi les prisonniers tous ceux qui étaient Athéniens, sauf Adeimantos parce que lui seul dans l’assemblée (athénienne) avait blâmé le vote des mains coupées."
Antiquit@s est un projet du Campus Virtuel Suisse - Contact : sandrine.codourey(at)unifr.ch & Centre NTE - Université de Fribourg - Suisse