UniFR Logo
    Modules > Être prisonnier en Grèce classique et hellénistique > Des prisonniers torturés et exécutés > Tortures et sévices

    Le document

    Référence : Polybe, Histoire, II, 59, 1-2
    Contexte : Le texte se rapporte aux luttes menées par le général macédonien Antigone Doson dans le Péloponnèse, vers 225-224 av. J.-C.

    "(L’historien) Phylarque affirme que l’Argien Aristomachos, qui appartenait à une famille très illustre et qui, descendant de tyrans, fut lui-même tyran d’Argos, étant tombé entre les mains d’Antigonos et des Achaiens, fut emmené en captivité à Kenchreai où on l’aurait fait périr dans les tortures les plus atroces et les moins méritées qu’on eut jamais vues. Fidèle à sa manière habituelle, cet historien imagine que les cris poussés par le supplicié parvinrent pendant la nuit aux oreilles des gens habitant les maisons voisines. Les uns auraient été frappés de stupeur par une action aussi impie, d’autres auraient refusé d’en croire leurs oreilles, d’autres enfin, débordant d’indignation, se seraient précipités vers le bâtiment où on le torturait. N’insistons pas davantage sur ce genre de scènes à grand spectacle que nous avons suffisamment dénoncé. Mais j’estime pour ma part que cet Aristomachos, même s’il n’avait eu aucun tort vis-à-vis des Achaiens, aurait mérité le plus rigoureux des châtiments, étant donné la conduite qu’il avait eue tout au long de sa carrière et les attentats qu’il avait commis contre les lois de sa patrie."
Antiquit@s est un projet du Campus Virtuel Suisse - Contact : sandrine.codourey(at)unifr.ch & Centre NTE - Université de Fribourg - Suisse