UniFR Logo
    Modules > Être prisonnier en Grèce classique et hellénistique > Des prisonniers torturés et exécutés > Les conditions de détention

    Lieux d'emprisonnement

    Le terme « prison » employé dans la source-fiche correspond au mot grec demosion, « prison publique ». S’y trouvaient en principe les 292 rescapés, dont 120 Spartiates, de l’expédition athénienne menée contre l’armée lacédémonienne à Sphactérie en 425 av. J.-C. C’est également dans le demosion de la ville principale de chaque belligérant que furent gardés les prisonniers d’une guerre qui mit aux prises quatre cités d’Asie mineure vers 185-180 av. J.-C.(cf. fiches 2.3 et 3.2). La « prison publique » semble avoir donc désigné un bâtiment spécifique, établi dans la capitale de chaque Etat-cité grec. Syracuse, qui ne disposait pas d’une prison publique (ou pas d’une prison publique assez vaste pour y enfermer les 7000 prisonniers athéniens capturés après le désastre l’expédition de Sicile) utilisa à cet effet des carrières désaffectées. Les prisonniers y demeurèrent au moins huit mois, de l’automne 413 à l’été 412 av. J.-C. (cf. Activité introductive du module).
Antiquit@s est un projet du Campus Virtuel Suisse - Contact : sandrine.codourey(at)unifr.ch & Centre NTE - Université de Fribourg - Suisse