UniFR Logo
    Modules > Naissance et petite enfance à l'époque romaine > La mort de l'enfant > Lois et pratiques publiques: l'arithmétique du deuil

    Les Sallèles d'Aude

    Description

    Contenu

    L'atelier des Sallèles d'Aude


    Sallèles d'Aude, atelier de potiers. Disposition schématique des corps de la pièce IIIa
    © Fanette Laubenheimer


    Dans le complexe artisanal des Sallèles d'Aude (province de la Narbonnaise), les archéologues ont découvert dans le sol d'un des ateliers de potiers les corps de 12 enfants en bas âge (mort-nés, nourrissons), soigneusement inhumés le long des murs. La pratique semble s'échelonner sur une dizaine d'années, entre la deuxième moitié du Ier s. et et le début du IIe s. après J.-C.
    Les tout petits ne sont ainsi pas éloignés dans une nécropole, mais associés au monde des vivants.
    Le type de sépulture varie selon l'âge de l'enfant. Trois catégories peuvent être distinguées:
    tegula), sans mobilier funéraire.


    - Le bébé est mort-né (les deux-tiers du total): petite fosse, parfois recouverte d'un fragment de tuile

    - L'enfant est mort entre 0 et 3 mois (un tiers du total): fosse plus grande, recouverte d'une tuile (tegula), pas de mobilier funéraire.

    - L'enfant est mort entre 6 et 9 mois (un seul exemple): tombe à caisson en tuiles, offrandes funéraires.

    En savoir plus: H. Duday, F. Laubenheimer, A.-M. Tillier, Sallèles d'Aude. Nouveau-nés et nourrissons gallo-romains, Paris, 1995.
Antiquit@s est un projet du Campus Virtuel Suisse - Contact : sandrine.codourey(at)unifr.ch & Centre NTE - Université de Fribourg - Suisse