UniFR Logo
    Modules > Numismatique > Numismatique romaine > Les pièces de monnaie du Haut Empire

    Iconographie des monnaies impériales I

    Description

    Les couronnes

    Contenu

    Les couronnes

    Différentes couronnes (en latin corona) constituent l'un des attributs les plus importants du portrait de l'empereur sur les monnaies. À l'époque de la République, les généraux en recevaient généralement une après une victoire.

     

    La couronne de lauriers /
    La couronne radiée /
    La corona civica (couronne civique)

     

    • La corona triumphalis, qui était confectionnée en lauriers, était souvent un attribut de la Victoire (Victoria) ou la remplaçait même parfois. Posée sur la tête de l'empereur, elle était un emblème de victoire et, pour l'empereur lui-même, le symbole de la légitimité de son pouvoir.
    • Ultérieurement, ce fut la corona radiata (couronne radiée) qui, comme attribut du dieu solaire, fut introduite par Néron sur les monnaies de bronze en tant que parure impériale. La plupart du temps, on trouve la couronne radiée sur les dupondii frappés par les empereurs postérieurs. C'est pourquoi on en a déduit qu'on voulait, par ce symbole, distinguer clairement pour les utilisateurs l'iconographie de l'as et du dupondius, car leur différence de poids était trop minime et parce que la composition métallique de ces deux valeurs nominales était de toute façon relativement proche.
    • La corona civica (couronne civique), composée de feuillage de chêne, était attribuée aux citoyens qui, lors d'une bataille, avaient sauvé la vie d'un ou de plusieurs de leurs concitoyens. En particulier à l'époque des guerres civiles et encore par la suite, ce symbole était apprécié afin de représenter ainsi l'attachement de l'empereur pour la population de Rome, sa pietas. Souvent une légende était jointe à la couronne de chêne : ob cives servatos (à cause des citoyens sauvés).
    • La corona navalis (ou rostrata) était pourvue de reproductions d'éperons de navires (rostra). Elle symbolisait une victoire navale et était attribuée à l'homme qui avait le premier sauté à bord d'un navire ennemi.
    • La corona muralis (couronne murale) était une distinction honorifique analogue, décernée aux soldats qui avaient les premiers escaladé les murs d'une ville assiégée. La corona vallaris (pour le soldat qui avait le premier escaladé les palissades d'un camp ennemi) et la corona obsidionalis, faite de gazon et de fleurs sauvages, offerte au chef qui était venu au secours d'une armée romaine longtemps assiégée et l'avait délivrée, avaient une signification semblable.
Antiquit@s est un projet du Campus Virtuel Suisse - Contact : sandrine.codourey(at)unifr.ch & Centre NTE - Université de Fribourg - Suisse