UniFR Logo
    Modules > Être prisonnier en Grèce classique et hellénistique > Des prisonniers libérés ou sauvés

    L'évasion

    "Noumenios et Botrys, des esclaves qui appartenaient à Sosilos fils de Xenopeithos, avaient été enlevés au lieu-dit Eschatia (« La lointaine propriété ») par des pirates qui abordèrent ensuite sur une île située en face du territoire des Siphniens. L’un des esclaves, Noumenios, qui avait échappé aux pirates en s’enfuyant à la nage, fut recueilli par Onesandros. Celui, ayant appris que Noumenios venait de Syros, subvint à ses besoins pendant un certain temps, le vêtit puis le renvoya dans notre cité à ses frais. A la suite de cela, notre peuple reconnut le dévouement d’Onesandros à son égard et à l’égard de tous les Syriens ; il le fit nommer proxène et lui accorda la proédrie dans tous les concours qu’organisait la cité, ainsi que le droit d’admission au Conseil et à l’Assemblée sitôt après les affaires sacrées si cela lui était nécessaire […]."
    IG
    XII 5, 653, l. 10-22

    Ce passage d’un décret de Syros illustre le danger permanent que constituait la piraterie en mer Egée, au début du Ier siècle av. J.-C. Deux esclaves ont été victimes d’un raid. L’un des captifs est parvenu toutefois à fausser compagnie, à la nage, à ses ravisseurs. Il a abordé les côtes de l’île de Siphnos où un citoyen, Onesandros, l’a recueilli.
    Le décret est maladroitement rédigé, aussi le sort réservé à Noumenios par Onesandros prête-t-il à confusion. En s’enfuyant, Noumenios avait retrouvé une liberté de mouvement. Mais son statut servile n’en était pas modifié pour autant et il pouvait, à bon droit, être considéré par Onesandros comme un esclave fugitif.
    La règle de comportement à observer en pareil cas était claire : l’esclave devait être nourri, vêtu au besoin, puis renvoyé dès que possible sous bonne escorte à son légitime propriétaire, muni d’un modeste pécule servant à assurer ses frais de voyage. C’est exactement ce qu’a fait Onesandros, s’attirant ainsi la reconnaissance du maître de Noumenios, et celle de tous les Syriens.
    L’évasion de Noumenios a donc à la fois réussi (il a échappé aux pirates) et échoué (puisqu’il est retourné à sa servitude initiale sur l’intervention d’Onesandros). Toutefois, Noumenios préférait peut-être un maître connu de longue date au sort inconnu que lui aurait réservé sa mise en vente par les pirates.
    Cet exemple montre que l’évasion individuelle était un processus risqué, sur lequel nous avons d’ailleurs peu d’informations.


Antiquit@s est un projet du Campus Virtuel Suisse - Contact : sandrine.codourey(at)unifr.ch & Centre NTE - Université de Fribourg - Suisse