UniFR Logo
    Modules > Femmes et vie publique à l'époque hellénistique > En public, au service des dieux

    Rôles et devoirs d'une prêtresse

    "Sous le néope Charmylos, fils de Diagoras, au mois d’Herakleios, durant la prytanie présidée par Menekles, fils de Phormion, alors que Diodotos, fils de Philonikos, était secrétaire ; il a plu [au Consei]l et au peuple, sur avis des prytanes.
    L'homme qui achètera la prêtrise d'Artémis Pergaia présentera une prêtresse qui devra être originaire de la cité et dont les ascendants paternels et maternels devront être originaires de la cité depuis [troi]s générations.
    La femme qui achètera la prêtrise sera, quant à elle, prêtresse toute sa vie et accomplira les sacrifices publics et privés. De chaque victime offerte en sacrifice public, elle prélèvera une cuisse, les parties qui sont attachées à la cuisse, le quart des viscères et les peaux. De chaque victime offerte en sacrifice privé, elle prélèvera une cuisse, les parties qui sont attachées à la cuisse et le quart des viscères. Que les trésoriers donnent aux prytanes, pour le sacrifice en l'honneur d'Artémis, une somme totale de trente drachmes. Que les femmes des prytanes en charge au mois d’Herakleios préparent le sacrifice avec l'argent donné par la cité. Que le sacrifice soit accompli le douze du mois d’Herakleios. Que la prêtresse reçoive des victimes du sacrifice public une part égale à celle des femmes des prytanes. Qu'à chaque nouvelle lune, la prêtresse, après avoir reçu une drachme de la cité, fasse le sacrifice en faveur de la cité. Au cours du mois durant lequel a lieu le sacrifice public, mais avant ce sacrifice et pendant trois jours, que la prêtresse fasse une collecte, sans toutefois pénétrer dans aucune demeure. Que le produit de la collecte revienne à la prêtresse. Que la prêtresse aménage le sanctuaire (de la déesse) là où elle le jugera bon. Qu’elle installe également un lieu de dépôt pour les offrandes faites à la déesse et que les sacrifiants versent dans ce trésor deux oboles pour une victime adulte, une obole pour un animal de lait. Que les contrôleurs des comptes ouvrent chaque année le trésor et donnent à la prêtresse pour le sacrifice en faveur de la cité,{{pour son habillement}} pour son habillement et pour [- - -]."

    Stèle, Halicarnasse, IIIe s. av. J.-C.

    Ce décret règle les conditions de l’achat du sacerdoce d’Artémis Pergaia par un particulier, ainsi que les droits et les devoirs de la prêtresse d'Artémis. Nous traiterons ici des devoirs de la prêtresse. L'achat de la charge sera analysé dans la fiche 1.5.

    La situation privée de la prêtresse (âge, état civil, etc.) est passée sous silence, alors que cela faisait souvent partie des conditions d'accès aux prêtrises. Les textes parallèles nous conduisent à faire de cette prêtresse une femme d'âge mûr, peut-être une veuve, possédant de l'expérience, un sens accru des responsabilités et une certaine autonomie financière.

    Les principales activités d'une prêtresse grecque sont recensées :
    - elle présidait les sacrifices privés et publics, c'est-à-dire qu'elle accomplissait les rituels d'accompagnement du sacrifice (prières, libations, etc.) mais sans mettre à mort elle-même l'animal sacrifié. Une fois par mois, à chaque nouvelle lune, elle devait organiser un sacrifice en faveur de la cité. Ce sacrifice était modeste, compte tenu du faible montant d'une drachme qui lui était alloué pour cela;
    - elle présidait le grand sacrifice annuel de la cité en l'honneur d'Artémis Pergaia. La préparation de la cérémonie incombait aux épouses des prytanes, les magistrats suprêmes de la cité, qui recevaient 30 drachmes à cet effet. Lors de ce sacrifice, la prêtresse recevait des marques publiques d’honneur égales à celles accordées aux épouses des prytanes ;
    - dans le cadre des sacrifices, elle recevait certains morceaux de choix, ainsi que la peau des bêtes tuées dans le cadre de sacrifices publics. Elle pouvait les revendre pour en tirer des bénéfices substantiels ;
    - elle organisait la collecte annuelle, qui durait trois jours, et dont le produit lui revenait entièrement.
    - elle devait faire aménager le temple de la déesse et le tronc pour les offrandes. La prêtresse avait aussi la responsabilité du trésor sacré et s'assurait que les fidèles s'acquittent des prestations fixées pour les sacrifices privés ;
    - elle garantissait l'établissement de relations harmonieuses entre la cité et sa divinité protectrice. Elle était engagée officiellement par la cité pour remplir cette fonction et recevait en échange une rétribution lui permettant d'accomplir les sacrifices officiels et de se vêtir de façon adéquate.




    Bibliographie pour la fiche
Antiquit@s est un projet du Campus Virtuel Suisse - Contact : sandrine.codourey(at)unifr.ch & Centre NTE - Université de Fribourg - Suisse