UniFR Logo
    Modules > Naissance et petite enfance à l'époque romaine > La mort de l'enfant

    Mors immatura

    Et magis moris Romani ut impuberes noctu efferentur ad faces, ne funere immaturo sobolis domus funestaretur: quod praecipue accidebat in eorum qui in magistratu erant filiis. ideo Vergilius Pallantis corpus facit excipi facibus, quia acerbum funus.

    " Ce qui plus encore était en usage à Rome était que les enfants non pubères fussent emmenés la nuit à la lueur des torches, de peur que la demeure ne fût souillée par les funérailles d'une progéniture morte avant l'heure. Et cela était spécialement appliqué aux fils de ceux qui étaient dans une magistrature".
    Servius, A l'Enéide, 11.143.


    Comme les victimes de mort violente (biaiothanatoi), les morts prématurés (aoroi) appartiennent à une classe de morts à part. La disparition de jeunes enfants est associée à un rituel funéraire particulier. Leurs funérailles se déroulent la nuit, à la lueur de torches et de cierges. Pour évoquer la briéveté de la vie, Sénèque évoque ce cortège funéraire nocturne: "Tant de fois, passant devant notre porte, la torche et le cierge ont précédé les obsèques de gens morts avant le temps (immaturas exequias)" (De tranquillitate animi, 11.11.7).Ces funérailles sont qualifiées d'acerba, âpres comme un fruit encore vert.

    Les torches ont plusieurs significations. D'un côté, elles écartent l'obscurité menaçante. Dans Hercule Furieux, Sénèque décrit le long cortège des défunts en route vers les Enfers. Les morts prématurés forment un groupe distinct:"vierges qui ne sont point encore soumises au joug du mariage, éphèbes qui n'ont point encore déposé en offrande leur chevelure, petits enfants qui ne savent que le nom de leur mère". A eux seuls on a permis, pour amoindrir leur peur, d'atténuer l'obscurité, en portant devant eux un flambeau: tous les autres marchent, sombres, parmi les ténèbres" (v. 851-857). De l'autre, elles symbolisent la lumière qui éclaire le voyage dans l'au-delà. Elles créent aussi autour de la famille endeuillée, souillée par la mort, un espace funèbre qui la sépare des vivants.

    A-t-on craint que que les mort prématurés ne deviennent errants et se transforment en créatures malfaisantes? Aucun texte ne permet d'affirmer que ces morts soient plus redoutables que les autres, mais des gestes funéraires montrent que l'on cherche à les protéger et à leur assurer un repos, voire une renaissance (monnaie funéraire, coquillages). L'offrande d'amulettes (clochettes, lunules...) témoigne du souci de les entourer de soins dans l'au-delà comme dans le monde des vivants. Les fillettes étaient souvent enterrées avec leur poupée, double de la fiancée et symbole de leurs jeux d'enfant, qu'elles auraient dû offrir à Junon ou Vénus la veille de leur mariage. D'autres offrandes (vaisselle miniature, jouets...) témoignent du degré d'intégration de l'enfant dans la communauté des vivants.



    Liens

  • F. Blaizot, G. Alix et E. Ferber F. Blaizot, G. Alix et E. Ferber, Le traitement funéraire des enfants décédés avant un an dans l’Antiquité : études de cas, bulletin et mémoire de la société d'anthropologie de Paris, 15, 2003
  • R. Lanciani, Pagan and Christian Rome, Boston and New York, 1892.
    Découverte de la tombe de Crepereia Tryphaena.
  • Musée du Vatican
    Poupée en ivoire avec des restes de vêtement cousus de fil d'or (IVe siècle ap. J.-C.).
  • Musée de Madrid, Espagne
    Poupées en ivoire (IIIe - IVe s. ap. J.-C.).
  • David et Noelle Soren, the University of Arizona excavations at Lugnano in Teverina, Italy
    Cimetière d'enfants à Lugnano (Ombrie), Ve s. apr. J.-C. avec témoignages de pratiques magiques

  • Bibliographie pour la fiche
Antiquit@s est un projet du Campus Virtuel Suisse - Contact : sandrine.codourey(at)unifr.ch & Centre NTE - Université de Fribourg - Suisse