UniFR Logo
    Modules > Reflet d'une société : les habitants d'Avenches sous l'Empire romain > Société et économie à Avenches

    Artisans et commerçants

    "En l’honneur de la maison divine, les bateliers de l’Aar et de l’Aramus ont fait construire cette schola à leurs frais. L’emplacement a été choisi par décret des décurions"
    Architrave de calcaire. Avenches. Fin du IIe siècle.

    Cette dédicace est consacrée; à la « Maison divine », c’est-à-dire à la famille impériale dans son ensemble. Ce sont des bateliers qui ont offert cette dédicace de groupe, en tant que représentants de ce corps de métier. Cela signifie que ces bateliers étaient officiellement réunis au sein d’une association professionnelle (corporation ou collège).
    L’inscription ci-dessus a été trouvée à proximité du forum d’Avenches ; elle surmontait l’entrée du siège de la corporation, la schola. C’était un bâtiment de dimensions imposantes, 45m x 20m, disposant de pièces chauffées et pavées de mosaïques. La présence d’un collège de bateliers à Avenches n’est pas surprenant. La cité se situait en effet à un important carrefour de voies navigables : lac de Neuchâtel, lac de Morat, lac de Bienne, fleuves comme la Thièle et l’Aar. A l’époque romaine, le transit des marchandises s’effectuait principalement par voies d’eau.
    Outre la corporation des bateliers de l’Aar et de l’Aramus, sont attestés en Helvétie romaine les bateliers du lac Léman, dont le siège était établi à Vidy, et la corporation des tignuarii (artisans sur bois et métaux).
    Quelques rares représentants des différents corps de métiers sont connus individuellement. En règle générale, cependant, c’est essentiellement à travers leur production - objets en céramique, en verre, en métal, en bois, en pierre – et les vestiges archéologiques de leurs ateliers que nous appréhendons les artisans de l’Helvétie romaine :
    Une étude approfondie des ateliers de potiers de Suisse occidentale au Ier et IIe s. montre que sur 81 artisans, 79 n'étaient pas citoyens romains. D’ailleurs, des éléments indigènes persistent dans l'artisanat, notamment dans la poterie où certaines techniques traditionnelles se sont maintenues durant tout l'Empire.
    Les individus fortunés ou très fortunés mentionnés dans les fiches 2.2 et 4.1 formaient un cercle restreint de quelques dizaines d'individus, sur-représentés dans les inscriptions. La grande majorité des habitants d'Avenches jouissait d'un niveau de vie beaucoup plus modeste. En témoignent les nécropoles voisines de la cité ou l'habitat des quartiers populaires. Malheureusement, l’épigraphie et l’archéologie ne témoignent qu’imparfaitement du rôle économique fondamental de ces classes modestes.




    Bibliographie pour la fiche
Antiquit@s est un projet du Campus Virtuel Suisse - Contact : sandrine.codourey(at)unifr.ch & Centre NTE - Université de Fribourg - Suisse