UniFR Logo
    Modules > Epigraphie grecque > Comment étudier et publier une inscription ?

    La transcription et la restitution

    Les textes grecs anciens étaient écrits en majuscules, sans ponctuation et sans accent. Le travail de transcription et de restitution doit permettre de passer d'une simple lecture des caractères de l'inscription à une version du texte élaborée, faite elle en minuscules, avec accents. Le texte final rend la compréhension des mots accessible à tout lecteur, et en particulier à l’historien contemporain. (Dans les exercices proposés, pour des raisons techniques, l’utilisateur aura néanmoins recours aux majuscules dans les étapes 1 et 2).
    La transcription est soumise à un certain nombre de conventions. On peut soit recopier le texte ligne par ligne, tel qu'il se trouve sur la pierre, soit le rendre de manière continue en indiquant alors le changement de lignes par une haste oblique (/).

    Le texte des inscriptions est rarement complet ou souvent difficile à lire. Il a donc fallu mettre en place un code de transcription pour mettre en évidence les difficultés rencontrées. Les fautes du lapicide, le martelage, les espaces, les lettres mal conservées et les lacunes sont ainsi indiquées par différents symboles graphiques appelés “sigles épigraphiques” ou encore “signes diacritiques”.

    | Fin d'une ligne de texte sur la pierre; toutes les cinq lignes sont marquées par un double trait
    [ ] Lettre(s) ayant disparu dans une lacune de la pierre. Le texte inséré entre les crochets a été restitué par les épigraphistes modernes.
    [---] Lacune de longueur indéterminée. Le texte manquant ne peut être restitué.
    [...] Lacune de longueur déterminée: le nombre de points correspond au nombre de lettres manquantes, mais celles-ci ne peuvent être restituées.
    ( ) Développement des abréviations figurant sur la pierre
    {} Lettres figurant sur la pierre mais gravées par erreur
    [[ ]] Martelage: le texte a été volontairement effacé sur la pierre dans l'Antiquité
    < > Ajout de lettres oubliées ou correction proposés par l’épigraphiste

    Une lettre est pointée lorsqu’elle est endommagée et difficile à identifier

    vvv

    Espace vide laissé par le lapicide; 3v indiquent un espace de 3 caractères, 4v un espace de 4 caractères

    vacat

    Un espace de longueur indéterminé a été laissé libre

    La restitution consiste à rendre au texte - dans la mesure du possible - sa forme originelle. Sur la base de ce qui est encore lisible sur la pierre, l’épigraphiste propose de compléter les lacunes ou de corriger les erreurs. Son travail repose essentiellement sur des rapprochements avec des documents appartenant à la même classe (décrets, dédicaces, inventaires, ...). Les inscriptions comprennent souvent des formules-types, que l'épigraphiste connaît et qu'il peut rétablir, le cas échéant, en toute certitude. Louis Robert disait : «Une inscription, quelle qu'elle soit, ne peut être pleinement comprise si on la considère isolément et si on ne la met pas dans un ensemble, ou dans plusieurs ensembles» (Hellenica, XI-XII, 327). Ce travail de comparaison d'inscriptions et d'établissement du texte est long et demande beaucoup de patience ! Et la découverte de tout nouveau texte peut être une clé de lecture pour des textes encore lacunaires !


    Bibliographie pour la fiche
Antiquit@s est un projet du Campus Virtuel Suisse - Contact : sandrine.codourey(at)unifr.ch & Centre NTE - Université de Fribourg - Suisse