UniFR Logo
    Modules > Religions grecque et romaine : quelques thématiques > Le contact avec les dieux

    La divination grecque

    Le souci de pénétrer la volonté des dieux ou du destin concernant le passé, le présent et l'avenir, est sans doute aussi ancien que la religion elle-même. Mettre ses actions en correspondance avec eux pour garantir la réussite d'une entreprise, quelle qu'en soit la nature, tel est le but le plus général du recours à la divination antique en général, et grecque en particulier. En schématisant des réalités complexes, on peut distinguer deux grands types de divination en Grèce :
    1) Celle qui vise à interpréter les signes envoyés par les dieux (que ce soit au travers des victimes sacrificielles, du mouvement des oiseaux, des phénomènes naturels, météorologiques ou autres, des rêves, etc.) et qui relève donc avant tout d'une technique. Les devins qui la pratiquaient pouvaient être mandatés officiellement par la cité, en temps de paix ou sur les champs de bataille, ou travailler à titre personnel au service de particuliers dans le cadre d'une vie souvent itinérante. Leur tâche était moins d'annoncer l'avenir comme tel que d'indiquer ce qu'il y avait lieu de faire ou de ne pas faire dans une situation donnée.
    2) Celle qui se fonde sur l'inspiration divine et se trouve dès lors davantage attachée à des sanctuaires oraculaires où la parole du dieu est censée se manifester de façon privilégiée. Ces lieux d'élection renferment souvent une particularité naturelle à l'origine de l'inspiration divine, comme une source (Apollon à Didymes et à Claros), un chêne (Zeus à Dodone), une faille aux émanations gazeuses (Apollon à Delphes), et ils sont desservis par un personnel spécialisé habilité à traduire les réponses oraculaires transmises par une prophétesse ou un prophète.
    Cette distinction, commode en théorie, ne doit pas occulter l'utilisation de pratiques conjointes, techniques et inspirées, dans un même lieu de culte. De plus, la parole inspirée consistait le plus souvent à avaliser l'un des termes d'une alternative, à homologuer ce que le requérant proposait. Les longs oracles poétiques anticipant l'avenir de manière souvent imagée et obscure relèvent surtout d'une tradition littéraire et propagandiste autour du plus célèbre des oracles grecs, celui de Delphes. Les Histoires d'Hérodote sont un réservoir important de ces dits oraculaires dont il est souvent difficile d'accréditer l'historicité. Leur but est d'affirmer l'autorité de l'inspiration apollinienne, fût-elle mal interprétée par les hommes. Le plus bel exemple est sans doute la réponse donnée à Crésus, le roi de Lydie, qui consultait l'oracle sur l'opportunité d'entreprendre une campagne contre les Perses. La Pythie lui annonça la destruction d'un grand empire : Crésus ne comprit pas qu'il s'agissait du sien (Hérodote, I, 53).



    Notes


    Bibliographie pour la fiche
Antiquit@s est un projet du Campus Virtuel Suisse - Contact : sandrine.codourey(at)unifr.ch & Centre NTE - Université de Fribourg - Suisse