UniFR Logo
    Modules > Epigraphie latine > Débutants

    Les titulatures impériales

    Les inscriptions contenant une titulature impériale forment un groupe distinct. Très fréquentes, elles figurent sur tous les monuments inaugurés par l'empereur ou élevés en son nom. Elles se composent de différents éléments selon un modèle stable, fixé dès le Ier s. apr. J.-C. Les titres se retrouvent sur tous les documents épigraphiques du même règne. Le nom de l'empereur est constitué des éléments suivants :
    • IMP(erator) : ce titre remplace le prénom de l'empereur ;
    • Caesar : le cognomen de la gens Julia se substitue au gentilice chez tous les empereurs ;
    • sa filiation ;
    • son nom personnel ;
    • AUG(ustus) : depuis Auguste, ce titre sert de cognomen aux empereurs ;
    • s'ajoutent des surnoms tirés des peuples vaincus évoquant leurs victoires, suivis de l'épithète maximus, ainsi que l'indication de diverses dignités ;
    • Pontifex maximus (président du collège des pontifes) ;
    • Tribunicia potestate (la puissance tribunicienne) : conférée à l'empereur le jour de son accession au trône, et renouvelée chaque année ;
    • Consul : si l'empereur n'est pas nommé consul à vie, il peut l'être à plusieurs reprises au cours de son règne ;
    • Pater patriae : titre honorifique accordé à Auguste en 2 av. J.-C. et repris par ses successeurs.
    Tous ces éléments constituent autant d'indices de datation. À sa mort, si l'empereur n'est pas élevé au rang des dieux, il peut être "condamné à l'oubli", damnatio memoriae. Son nom est alors systématiquement effacé par martelage des inscriptions où il figure (par exemple Caligula, Néron, Domitien, Elagabal). Cf. Walser n° 39 (Nyon).
Antiquit@s est un projet du Campus Virtuel Suisse - Contact : sandrine.codourey(at)unifr.ch & Centre NTE - Université de Fribourg - Suisse