UniFR Logo
    Modules > Epigraphie latine > Débutants

    Introduction

    L'épigraphie est, comme son nom l'indique, tout écrit (graphein) sur (epi) un matériau solide. Si un archéologue du futur s'intéressait à l'épigraphie dans notre civilisation, il serait fort déçu : il ne trouverait en effet que quelques inscriptions au fronton des édifices publics, de rares bases de statues et de maigres enseignements sur des pierres tombales. Heureusement, les sociétés de l'Antiquité étaient beaucoup plus bavardes! Elles ont gravé toutes sortes de documents publics et privés sur des pierres ou d'autres matériaux, qui se sont conservés jusqu'à nous. En gravant les documents sur un support solide, les sociétés antiques cherchaient à conférer à ces écrits une certaine pérennité. Ce but fut atteint au-delà de leurs espérances, puisque nous avons retrouvé et retrouverons encore chaque année des centaines de textes grecs! Ils sont soit restés sur place, à l'endroit même où ils avaient été posés, c'est-à-dire in situ -selon le vocabulaire technique épigraphique-, soit découverts en remploi dans des constructions postérieures. Il arrive aussi qu'ils aient été tout simplement déplacés.
    Ces documents nous font connaître de nombreux aspects de la vie quotidienne omis par les auteurs littéraires. Ainsi, par exemple, les inscriptions funéraires, appelées aussi épitaphes -inscriptions sur (epi) un tombeau (taphos)-, ne contiennent pas seulement le nom et l'âge du défunt, comme celles de nos jours, mais elles possèdent en outre une réflexion sur l'inéluctabilité de la mort, sur la brièveté de la vie ou sur d'autres thèmes encore. Pour les documents publics, citons les règlements divers, les textes de lois, qui, exposés, étaient portés à la connaissance de chacun. Relevons surtout une catégorie de textes très large: celle des décrets honorifiques. Souvent, en effet, les citoyens d'une cité votaient un décret de reconnaissance en l'honneur d'un magistrat qui s'était particulièrement illustré dans sa tâche l'année précédente. Pour qu'un tel texte eût du sens, il fallait qu'une certaine publicité lui fût accordée. C'est pourquoi la cité décidait de faire graver un tel décret et de l'exposer publiquement, plutôt que de le laisser dans les archives. Cette science permet de mettre en lumière les fondements mêmes de la civilisation antique.

    De l'Angleterre à l'Egypte, du Portugal à la Syrie, des inscriptions sur pierre témoignent de la présence romaine. On en a trouvé plus de 200.000; elles devaient être bien plus nombreuses. Se procurer la pierre nécessaire, la faire graver, acheter un emplacement approprié coûtaient cher. Pourquoi des milliers de Romains ont-il fait cette dépense?
    L'inscription romaine n'est pas une affiche au sens moderne du terme. Les Romains connaissaient aussi l'affiche (panneaux de bois ou inscriptions peintes hâtivement sur les murs). Pourtant, tout comme nos panneaux publicitaires, les inscriptions sur pierre se rencontraient dans tous les lieux de passages, routes, places publiques, temples ou carrefours et représentaient le moyen de communication officiel par excellence. C'est par leur nature qu'elles diffèrent de nos affiches: elles sont destinées à durer. Leur but principal est de perpétuer le souvenir d'un homme. Aussi les inscriptions énumèrent-elles fréquemment la carrière et les mérites des personnages cités.

    La nature des documents gravés sur pierre est d'une grande diversité: bases de statues, pierres tombales, inscriptions encastrées dans des bâtiments, bornes, autels, inscriptions sur mosaïques, plaques votives, etc.

    Ces inscriptions monumentales étaient gravées en majuscules pour en faciliter la lecture car elles étaient parfois placées à une grande hauteur. En outre, la majuscule était plus facile à déchiffrer que la minuscule pour le simple Romain peu alphabétisé. L'écriture cursive était toutefois utilisée pour les graffiti et les inscriptions gravées sur la céramique.




    Liens

  • Sélection d'abréviations latines
    Outil Antiquit@s
  • Liste des abréviations latines
    Liste éditée par The American Society of Greek and Latin Epigraphy
  • Latinum electronicum
    Cours interactif d'initiation à la langue latine

  • Bibliographie pour la fiche
Antiquit@s est un projet du Campus Virtuel Suisse - Contact : sandrine.codourey(at)unifr.ch & Centre NTE - Université de Fribourg - Suisse