UniFR Logo
    Modules > Sources écrites de l'Egypte ancienne > Les belles-lettres : reflets de la société

    La poésie amoureuse

    Enivrantes sont les plantes du bassin de la soeur,
    la bouche de la soeur est un bouton de lotus,
    ses seins sont des mandragores
    Un genre littéraire particulièrement séduisant s'est développé durant le Nouvel Empire : la poésie amoureuse. Il s'agit de cycles de poèmes intitulés tantôt «les douces paroles», tantôt « les chants de divertissement». Plusieurs papyrus, des ostraca et même un vase inscrit tout autour de poèmes d'amour nous attestent ce genre qui n'a fleuri que durant une période assez courte (XIXe-XXe dynasties).
    Les protagonistes sont toujours un jeune homme («le frère») et une jeune femme («la soeur») qui expriment leurs sentiments amoureux, leur attrait l'un pour l'autre. La femme exprime aussi librement ses tourments et ses désirs que l'homme. Ils évoquent des rencontres dans des paysages bucoliques au bord d'un cours d'eau ou dans un jardin opulent ; ils décrivent le corps et le caractère de l'autre dans un langage riche en métaphores. Ils invoquent les dieux qui pourraient bénir leur union et souhaitent que leurs mères leur permettent de fonder un foyer commun. L'absence de l'autre provoque une souffrance comparée à une maladie qui ne peut être guérie que par l'apparition de l'être aimé.
    Ce genre littéraire utilise un langage particulièrement fleuri, qui utilise d'innombrables comparaisons et allégories, avec parfois des allusions que nous ne avons de la peine à comprendre, faute de partager le même vocabulaire métaphorique.
    Malgré le caractère général du sujet, il ne s'agit pas d'une poésie populaire, mais -là encore- de textes écrits par et pour l'élite. Les demeures et jardins qui servent de cadre aux rencontres des amoureux sont toujours très luxueux, les filles portent de riches bijoux, elles sont entourées de servantes. Les poèmes décrivent le milieu aristocratique. Quelle a pu être l'utilisation de ces textes? Le titre de plusieurs groupes de poèmes -«chants de divertissement»- pourrait indiquer que ces textes étaient présentés en musique, peut-être lors de fêtes et de banquets de la noblesse. Les poèmes sont en effet composés selon un schéma métrique régulier et selon une structure en distique (2 vers ou «stiches» dont le premier est plus long que le second).

    Textes


    Bibliographie pour la fiche
Antiquit@s est un projet du Campus Virtuel Suisse - Contact : sandrine.codourey(at)unifr.ch & Centre NTE - Université de Fribourg - Suisse