UniFR Logo
    Modules > Sources écrites de l'Egypte ancienne > Les belles-lettres : reflets de la société

    Introduction

    Comme beaucoup d'autres civilisations, l'Égypte a développé, dès la fin de l'Ancien Empire, une tradition littéraire. Des textes de différents genres furent composés : histoires, contes, poèmes, enseignements. La plupart de ces oeuvres sont extrêmement élaborées, soigneusement structurées, et elles recourent à une langue très recherchée. Les auteurs restent généralement anonymes. On connaît seulement les auteurs (réels ou fictifs) des enseignements, qui sont souvent des hauts responsables de l'état ou des prêtres de rang élevé. Le public auquel ces oeuvres s'adressent est l'élite lettrée: prêtres, scribes, fonctionnaires. Il n'est pas exclu que certaines oeuvres aient aussi été lues ou récitées à un plus large public, mais nous sommes mal renseignés sur l'utilisation orale de la littérature. Écrits pour l'amusement et l'instruction de l'élite, certains de ces textes sont devenus de véritables classiques. Ils ont été recopiés et transmis durant des siècles et utilisés notamment dans les écoles comme matière d’éducation et comme exercices d'écriture pour les jeunes scribes. De nombreuses oeuvres nous sont ainsi parvenues sur deux types de support différents. Des copies de la composition entière sur papyrus proviennent généralement de tombes où des personnes ont emporté, par attachement, leur bibliothèque personnelle. Des ostraca* provenant des écoles présentent des passages choisis que des apprentis scribes ont écrit sous la dictée. À travers leur utilisation à l'école, beaucoup de textes littéraires ont connus une très grande diffusion et ont fait partie de la culture de tout homme instruit. Ceci explique aussi les renvois fréquents d'une oeuvre à l'autre et les citations de textes littéraires qui se trouvent dans différents contextes. La littérature faisait partie du bagage culturel de l'élite; on estime que l'élite lettrée représentait 2-4% de la société. La littérature servait non seulement à décrire et à définir cette partie de la société, mais elle lui fournissait aussi un moyen d'expression libre, échappant aux contraintes sociales, ouvert à la réflexion, à la critique, à l'ironie et à l'humour. La littérature permettait d'aborder des thèmes comme la justice, l'ordre social, l'image du roi, la loyauté.

    Notes



    Bibliographie pour la fiche
Antiquit@s est un projet du Campus Virtuel Suisse - Contact : sandrine.codourey(at)unifr.ch & Centre NTE - Université de Fribourg - Suisse