UniFR Logo
    Modules > Religions grecque et romaine : notions et méthodes > Les mythes et la mythologie

    Mythes romains autour de la fondation de Rome et des débuts de la République

    On creuse une fosse jusqu’au tuf; on y jette des fruits et de la terre du sol voisin; puis la fosse est comblée, on y dresse un autel et on allume le feu dans le nouveau foyer. Ensuite Romulus, serrant les mancherons de la charrue, creuse le sillon pour le tracé des remparts. Une vache blanche et un bœuf blanc comme la neige portent le joug. Le roi élève sa voix : «Jupiter, Mavors, mon père, vénérable Vesta, assistez-moi, maintenant que je fonde la ville; et vous, dieux que la piété recommande d’invoquer, écoutez-moi, tous : puisse cette œuvre naître sous vos auspices! Que cette terre soit dotée d’une longue vie et d’une puissance souveraine, que l’orient et l’occident soient soumis à sa loi». Tandis qu’il priait, Jupiter envoya un présage par un coup de tonnerre sur la gauche et fit jaillir des éclairs du côté gauche du ciel. Tout heureux de cet augure, les citoyens jettent les fondations et en peu de temps un nouveau mur était debout (Ovide, Fastes IV, 821-836, trad. R. Schilling, Paris, 1993).

    Dans la fiche 3.3, on a fait allusion à la période des origines autour de laquelle s’organise une grande partie des récits mythiques des Romains. Cette période commence avec la fondation de Rome (753 av. J. C.) – dont Ovide parle ci-dessus –, qui constitue l’acte fondamental de l’existence des Romains. Le temps qui précéde est raconté comme une espèce de préhistoire : Énée s’enfuit de Troie avec son fils, son père et les dieux pénates pour se rendre dans le Latium, où il fonde une ville, Lavinium; son fils, Ascagne, fonde une autre ville, Albe, qui donnera naissance après 12 générations à Romulus et Rémus. Ce récit, qui se construit en phases successives pendant la période archaïque de l’histoire romaine, montre que la fondation de Rome est ressentie comme l’aboutissement d’un processus commencé bien avant : elle est voulue par le destin depuis toujours. Dans le texte d’Ovide, Jupiter montre son consentement par un coup de tonnerre et des éclairs : la ville surgit par volonté des dieux et est destinée à exister toujours (Roma aeterna).
    Après que le périmètre de la ville (pomerium) a été tracé, on construit les murs. Rémus ose les franchir et est tué par Romulus ou l’un de ses compagnons. Romulus reste à la tête de la ville et s’impose aux peuples voisins. Il va jusqu’à ravir les femmes du peuple des Sabins pour les donner en mariage à ses compagnons et assurer ainsi la descendance des Romains.
    Ces mythes sur la fondation de la Ville se relient à d’autres qui racontent l’origine du régime républicain. À Romulus, disparu mystérieusement dans les cieux, succèdent six rois, qui créent d’autres institutions civiques ou améliorent celles de Romulus. Le dernier de ceux-ci, Tarquin le Superbe, d’origine étrusque, agit de façon tyrannique et est exilé par le peuple. Rome se libère du roi étranger et décide en même temps de renoncer au pouvoir absolu, en devenant une République. C’est l’année 509 av. J.-C.
    Les écrivains, qui racontent ces histoires au Ier siècle av. J.-C., affirment que la plupart de leurs institutions remontent à ce passé lointain. Or, les recherches modernes ont bien montré que certains phénomènes sont plus récents. Par exemple, les écrivains de Rome font remonter à l’époque de Romulus la division du peuple en patricien et plébéiens. Mais, en fait, cette division s’est produite seulement au Ve ou au IVe s. av. J.-C.
    Il est évident que les récits de la fondation de Rome ainsi que ceux du début de la République reflètent non pas la réalité historique, mais une construction mythiques du passé.



    Liens

  • Greek Mythology Link
    Mythe romain autour de la fondation.

  • Bibliographie pour la fiche
Antiquit@s est un projet du Campus Virtuel Suisse - Contact : sandrine.codourey(at)unifr.ch & Centre NTE - Université de Fribourg - Suisse