UniFR Logo
    Modules > Guerre sur terre et sur mer aux époques classique et hellénistique > Période hellénistique et poliorcétique

    Le mercenariat

    "Pendant que se déroulaient ces événements, des troubles et des mouvements révolutionnaires éclatèrent en Grèce. L'origine de la guerre dite «lamiaque» remonte à cette agitation, pour une raison que voici : le roi avait ordonné à tous les satrapes de licencier leurs mercenaires. Ils exécutèrent l'ordre, si bien que des bandes errantes de mercenaires sans emploi sillonnaient l'Asie entière et se procuraient par le pillage ce dont elles avaient besoin pour subsister. Passant ensuite la mer, ces mercenaires affluèrent de toutes parts au cap Ténare. De même les satrapes et généraux perses survivants, qui avaient réuni de l'argent et des soldats, naviguèrent vers le Ténare où leurs troupes fusionnèrent. Finalement, il élurent stratège, avec pleins pouvoirs, l'Athénien Léosthène, homme d'une exceptionnelle grandeur d'âme et très hostile aux intérêts d'Alexandre." Diodore, Bibliothèque historique, XVII, 111, 1-3

    Le mercenariat, dans l'histoire de la Grèce, prend son envol à la fin de la guerre du Péloponnèse. La paix ne permet pas à tous les Grecs de se réinsérer dans un cadre civil. Les ravages de la guerre ont appauvris de nombreux individus et le métier des armes, exercé pendant de longues années, reste l'ultime recours contre la pauvreté. L'excellence des hoplites grecs permet aux mercenaires de trouver rapidement un employeur. Les cités grecques, les satrapes perses et même le Grand Roi recrutent des soldats. La campagne de Cyrus le Jeune contre le monarque perse, son frère, est l'expression la plus manifeste de l'importance du phénomène au IVe siècle av. J.-C. Xénophon, dans son Anabase, nous en fait un récit détaillé. Le recours de plus en plus systématique au mercenariat fait réagir Démosthène au milieu du IVe siècle av. J.-C. Athènes, en guerre contre la Macédoine, n'envoie, en effet, que des mercenaires pour les expéditions lointaines et dangereuses.
    Si les armées perdent leur caractère civique, elles deviennent facile à recruter pour tout détenteur d'une fortune considérable. Jason, le tyran de Phères, rassemble un corps imposant de mercenaires. De la même manière, les Phocidiens lors de la guerre sacrée recrutent une armée de mercenaires grâce aux emprunts faits au sanctuaire de Delphes.
    La conquête de l'empire perse par Alexandre ne fait qu'amplifier les besoins en mercenaires. Les nouveaux Etats gréco-macédoniens apparaissant au début du IIIe siècle av. J.-C. sont tous grands employeurs de soldats. Les monarques hellénistiques, en guerre permanente contre leurs voisins, s'ingénient à enrôler des mercenaires en Grèce et à créer des colonies militaires pour pouvoir disposer de cette main d'œuvre guerrière en tout temps.
    Le mercenaire est appelé misthophoros (qui reçoit une solde) ou xenos (étranger), mais il est souvent difficile de connaître le lien exact entre le soldat et son employeur. Il est également fréquent que les officiers des armées hellénistiques soient des mercenaires ayant acquis leurs lettres de noblesse sur les champs de bataille.



    Bibliographie pour la fiche
Antiquit@s est un projet du Campus Virtuel Suisse - Contact : sandrine.codourey(at)unifr.ch & Centre NTE - Université de Fribourg - Suisse