UniFR Logo
    Modules > Guerre sur terre et sur mer aux époques classique et hellénistique > Période classique

    L'infanterie légère

    "Mais les Étoliens, alors arrivés au secours d'Aegition, assaillaient les Athéniens et leurs alliés en dévalant des collines de tous les côtés, les criblaient de javelots, se retiraient quand l'armée athénienne fonçait sur eux et la serraient de près quand elle reculait; le combat dura longtemps ainsi, en poursuites et en replis, deux manoeuvres où les Athéniens étaient inférieurs. Tant que leurs archers eurent des traits et furent en état de les employer, alors ils tinrent bon; car les traits refoulaient les Étoliens, avec leur équipement léger. Mais lorsque, à la mort de leur chef, les archers se débandèrent et que les hommes se sentirent épuisés de soutenir depuis si longtemps le même effort, tandis que les Étoliens les pressaient et les frappaient de leurs javelots, dès lors ils s'enfuirent en déroute et, se jetant dans des ravins impraticables ou des endroits qu'ils ne connaissaient pas, ils y trouvèrent la mort; leur guide, Chromon de Messénie, avait justement été tué. Les Étoliens, à coups de javelots, en tuèrent beaucoup qu'ils prenaient sur-le-champ au cours de la déroute même, car ils étaient rapides et légèrement armés." Thucydide, Guerre du Péloponnèse, III, 97, 3-98, 2

    En complément des hoplites, les armées grecques comprennent souvent de l'infanterie légère. Ces hommes, issus des classes les plus pauvres des cités, ne disposent pas d'un équipement hoplitique. Ils portent généralement le nom de psiloi. Ils sont armés de frondes, de javelots ou d'arcs. L'équipement défensif de ces psiloi est très limité voir inexistant.
    A partir de la fin du Ve siècle, les méthodes de combat des montagnards thraces influencent la création de corps de peltastes qui prennent une importance tactique grandissante. Ces soldats disposent de javelots et d'un bouclier léger en osier, pouvant prendre la forme d'un croissant, le pelté. Plus légers que les hoplites mais mieux protégés que les psiloi, ils forment une catégorie intermédiaire qui voit son importance augmenter au début du IVe siècle. Servant la plupart du temps comme mercenaires, les peltastes acquièrent leurs lettres de noblesse avec la victoire d'Iphicrate sur des hoplites spartiates près de Corinthe (390 av. J.-C.). A partir de cette date, ils seront abondamment employés par les généraux antiques.
    Sur le champ de bataille, l'infanterie légère est placée en première ligne et sur les ailes de la ligne d'infanterie lourde. Sa tâche consiste à harceler l'adversaire et à protéger les flancs vulnérables de la phalange.
    Les troupes légères ont souvent été considérées comme des soldats de seconde zone, l'hoplite servant de référence. La qualité de l'armement défensif de ces derniers et la cohésion de la phalange rend, en effet, les armes de tir peu efficaces contre elle. L' agilité et la vitesse des troupes légères leur donnent, cependant, un avantage en terrain escarpé ou boisé et lors des poursuites. La victoire des Etoliens relatée par Thucydide et celle de Sphactérie sur des hoplites spartiates en sont des exemples flagrants.




    Bibliographie pour la fiche
Antiquit@s est un projet du Campus Virtuel Suisse - Contact : sandrine.codourey(at)unifr.ch & Centre NTE - Université de Fribourg - Suisse