UniFR Logo
    Modules > Famille et communauté dans le monde homérique > Guerre et société

    Valeurs guerrières et valeurs sociales

    "Alors la bataille tueuse d'hommes se hérisse de longues piques, déchireuses de chair. […] Il aurait eu un cœur bien audacieux, l'homme qui aurait alors pris plaisir à voir cette épreuve, au lieu d'en être attristé." Iliade, XIII 339-344

    Pour les héros homériques, la guerre est une réalité pénible à voir et à vivre, mais voulue par les dieux. La guerre fait partie de l'ordre du monde, elle relève de l'ordre naturel des choses. Les héros l'acceptent comme ils acceptent la rude saison de l'hiver ou la tempête destructrice. Ce point de vue correspond à la conception plus générale que les Grecs avaient de la guerre. Significativement, les historiens grecs se sont attachés à expliquer les raisons de tel ou tel conflit particulier mais jamais aucun historien ni aucun philosophe n'a centré sa réflexion sur le pourquoi de la guerre en général. Pour l'historien moderne, "c'est assurément un paradoxe que les Anciens aient si peu réussi à penser la guerre alors qu'elle prenait l'essentiel de leur temps et de leur énergie" (Garlan, 1972, 4). Pourquoi cette résignation à subir la réalité de la guerre, à l'admettre comme un fait naturel?
    L'explication est, en partie, d'ordre idéologique. Dans l'Odyssée, Alcinoos explique que les dieux ont tramé la guerre de Troie "afin qu'il en naisse un chant pour les générations à venir". C'est un début de réponse, mais il faut aller plus loin. La poésie épique célèbre les héros qui se sont distingués par leur bravoure et leur excellence, qualités qui se révèlent le mieux dans les situations les plus extrêmes, celles de la guerre (Iliade) ou d'un périple aux confins du monde (Odyssée). On perçoit ici la dimension perverse de la guerre et du danger: mieux que les situations de la vie quotidienne, ils révèlent la vraie valeur de l'individu et légitiment ainsi tout un système de valeurs qui fondent la société. L'ambiguïté de l'éthique héroïque est ici de confondre, en un même idéal, excellence guerrière et excellence morale. C'est un fait fondamental: dans l'Iliade, l'état de guerre ne transforme pas la structure sociale mais il la confirme. Dans les démocraties occidentales qui ont des armées de milices, la hiérarchie militaire est, en principe, indépendante de la hiérarchie sociale. Dans le monde des héros, où chaque homme est appelé à faire la guerre, la hiérarchie militaire reproduit, à quelques adaptations près, la hiérarchie sociale civile. L'organisation et la structuration de l'armée n'ont rien de spécifique.




    Bibliographie pour la fiche
Antiquit@s est un projet du Campus Virtuel Suisse - Contact : sandrine.codourey(at)unifr.ch & Centre NTE - Université de Fribourg - Suisse