UniFR Logo
    Modules > Famille et communauté dans le monde homérique > Cité et organisation sociale

    Espace de la cité

    "Antiope, fille d'Asopos, avait conçu deux fils, Amphion et Zétos, les premiers fondateurs de Thèbes, la ville aux sept portes, qu'ils munirent de tours, car malgré leur rare vaillance, ils n'auraient pu sans tours habiter cette vaste ville." Odyssée, XI 262-5

    La langue homérique connaît plusieurs termes pour désigner le concept de cité (polis, ptolis, ptoliethron et astu), en revanche, elle n'a pas de mot pour désigner les villages ou les hameaux. Le fait peut surprendre si l'on rappelle que le vocabulaire mycénien connaît, en revanche, une telle distinction. A l'évidence, des villages ont existé tout au long des siècles dits obscurs, mais la poésie homérique les ignore pour les assimiler à des cités; dans le monde des héros homériques, la cité n'est pas constituée par sa grandeur ou par l'importance de sa population mais par l'organisation de son espace. Dans le texte cité, la fondation de la ville de Thèbes est marquée par la construction des tours. Murailles, tours, temple, agora, acropole, rues et maisons dessinent l'espace de la cité. Ici encore, il n'y a cependant pas de définition normative: Ithaque qui est qualifiée d'astu et de polis n'a ni rempart, ni temple, ni acropole; en revanche, elle possède une agora, située près du port (Odyssée, II 10). Comme l'a bien relevé S. Scully, Ithaque dans l'Odyssée constitue un cas limite d'une cité qui tend à être réduite à un oikos (domaine familial). Mais ce cas limite indique clairement que la définition minimale d'une polis implique, au moins, l'existence d'une agora: ce lieu de rassemblement où la communauté peut se réunir pour débattre. Dans l'Iliade, les héros achéens ont installé, au centre de leur camp, l'agora et la themis: agora et themis qui signifient une vie et une organisation sociales et confèrent au camp un statut de "cité". Inversement, l'absence d'agora révèle, dans un groupement quelconque, l'absence d'une véritable cohésion sociale. Lorsqu'il est chez les Cyclopes où chaque famille vit pour soi, Ulysse remarque que leur île est une juxtaposition de différentes maisons, mais qu'ils n'ont pas d'agora et qu'ils ne respectent point les dieux.
    Cernée de remparts et de tours, centrée sur l'agora, des cités comme Troie ou Schérie possèdent également des temples, temple de Poséidon à Schérie, d'Athéna et d'Apollon à Troie. En revanche, les tombes semblent situées hors des murs. Le tombeau d'Ilos se situe en avant des murs et la tombe d'Hector, semble-t-il, devant Troie.




    Bibliographie pour la fiche
Antiquit@s est un projet du Campus Virtuel Suisse - Contact : sandrine.codourey(at)unifr.ch & Centre NTE - Université de Fribourg - Suisse