UniFR Logo
    Modules > Epigraphie latine > Débutants > Introduction

    Les abréviations, les ligatures et la séparation des mots

    * Une des caractéristiques de l’épigraphie latine est le recours aux abréviations. En effet, bien des mots ou des groupes de mots ne figurent pas en toutes lettres dans les inscriptions : ils sont abrégés. L’épigraphiste doit donc reconstituer ces mots pour pouvoir comprendre le sens du texte. Des listes d’abréviations les plus courantes ont été établies pour faciliter cette démarche (cf. bibliographie et liens internet). A titre d’exemples, les lettres « COS » servent à indiquer le mot « consul » ; la lettre « C » peut être l’abréviation du prénom « Caius » ; les initiales « RP » font référence aux mots « res publica », etc.

    * Plusieurs lettres peuvent être liées entre elles, c’est ce qu’on appelle une ligature. Ces ligatures peuvent combiner jusqu’à 5 lettres et rendent parfois la lecture de l’inscription difficile.

    * En général, les mots sont écrits les uns à la suite des autres sans séparation. Toutefois, dans certaines inscriptions monumentales, ils peuvent être séparés par des points, des carrés, des triangles et parfois même des feuilles.


    Bibliographie

    P. Corbier, « Les abréviations usuelles », in L’épigraphie latine, Paris, 2002, p. 169-171.

    - , « Les fonctions et les titres sénatoriaux », in L’épigraphie latine, Paris, 2002, p. 179.

    H. Dessau (ed.), Inscriptiones Latinae selectae, Berlin, 1892-1916, III, 2, p. 752-801 (= Sammlung von Abkürzungen mit Auflösungen).

    J.-M. Lassère, « Principales abréviations », in Manuel d'épigraphie latine, vol. 2, Paris, 2005, p. 1061-1098.

Antiquit@s ist ein Projekt des Swiss Virtual Campus - Kontakt : sandrine.codourey(at)unifr.ch & Centre NTE - Université de Fribourg - Suisse