UniFR Logo
    Module > Epigraphie latine > Avancés

    Ier siècle après J.-C. (suite)

    Cette péripétie des guerres civiles nous éclaire sur la situation d'Avenches au Ier siècle. Comme toutes les villes de l'Empire, Avenches semble dirigée par une aristocratie qui décide de son destin. Cette aristocratie est assez romanisée pour prendre parti dans les luttes intestines de Rome, assez romanisée pour compter dans ses rangs un orateur chevronné, usant de procédés oratoires appris dans les écoles afin de persuader, dans leur langue, des soldats de ne pas détruire Avenches. Il ne faut pas voir dans cet épisode le sursaut d'un hypothétique nationalisme helvète mais bien plutôt la preuve d'une romanisation profonde des cadres d'Avenches, moins d'un siècle après l'annexion de l'Helvétie. Les Camilli, que nous avons évoqués plus haut, témoignent du même phénomène. Education latine des élites, réalisations architecturales de caractère romain (tombeaux d'En Chaplix, cycle statuaire des empereurs julio-claudiens): dès le milieu du Ier s. ap. J.-C., voire un peu avant déjà, Avenches était une cité fortement romanisée.

    Vitellius ne régna pas longtemps. Vespasien (empereur de 69 à 79 ap. J.-C.) s'empara de l'Empire et, peut-être à l'instigation de Titus, témoigna sa bienveillance à Avenches, cité dans laquelle s'était établi son père, le banquier Sabinus. Pour la dédommager de ses pertes, il donna à la ville des honneurs et des avantages: il lui attribua un nouveau statut. Désormais, Avenches s'appelle Colonia Pia Flavia Constans Emerita Helvetiorum Foederata (= Colonie Pieuse, Flavienne, Constante, Emérite, des Helvètes, Fédérée). Chaque terme de ce long nom devrait rendre compte de la refonte juridique du statut d'Avenches. Colonia lui donne le statut d'une colonie. Il s'agit probablement d'une colonie de droit latin, ce qui signifierait que les indigènes devenus magistrats de la ville recevaient la citoyenneté romaine. Auparavant, Avenches n'était qu'une civitas, capitale d'une région dont les indigènes n'étaient pas citoyens romains. Le nom Flavia se rapporte à celui de Vespasien (Flavius Vespasianus) et indique que la ville a été élevée au rang de colonie par cet empereur. Les termes Pia, Constans, Emerita posent quelques difficultés. Emerita en particulier semble se référer à l'installation à Avenches de colons, ces légionnaires-vétérans de l'armée qu'en latin on appelle emeriti. Or, ceux-ci auraient dû prendre la direction de la cité sitôt installés. Pourtant, il n'est jamais question de vétérans dans les inscriptions avenchoises et, comme cadres de la cité, on trouve des membres des anciennes familles dirigeantes gallo-romaines mêlées à quelques familles d'origine italienne. On ne peut donc expliquer de façon satisfaisante ce titre d'Emerita à l'aide du corpus épigraphique avenchois. Foederata se réfère à un ancien traité qu'auraient contracté les Helvètes avec Rome sans que nous soyons en mesure de préciser à quelle époque et dans quelles circonstances ce traité a été signé. Helvetiorum enfin rappelle que la cité est la capitale du territoire des Helvètes, lequel s'étendait du Jura aux Alpes, du Rhin au lac Léman, même s'il nous est impossible à l'heure actuelle d'en définir les limites exactes.
Antiquit@s ist ein Projekt des Swiss Virtual Campus - Kontakt : sandrine.codourey(at)unifr.ch & Centre NTE - Université de Fribourg - Suisse