UniFR Logo
    Module > Démocratie grecque > La naissance de la démocratie athénienne

    Introduction: Législateurs, tyrans et colons

    Dans le processus de développement de la cité grecque à l'époque archaïque, on distingue souvent trois facteurs: les législateurs, la tyrannie, la colonisation. On possède toutefois peu de certitudes sur le développement historique de chacune des cités, dont l'histoire a été largement reconstruite par les historiens grecs, en particulier sur les figures des grands législateurs (Lycurgue, Zaleucos, Solon), plus ou moins mythiques. Les circonstances et la chronologie des premières fondations sont également obscures et enrobées de légendes, comme sont imaginaires la plupart des récits (logoi) rapportés par Hérodote sur les principaux tyrans dont il nous conte l'histoire.

    Cette triple typologie a cependant le mérite d'attirer notre attention:
    (1°) sur l'importance accordée par les Anciens au concept de la constitution (politeia) comme facteur de succès ou d'échec dans l'histoire des cités; de ce point de vue, les réformes attribuées par la tradition à Solon, archonte d'Athènes en ~594/3, revêtent un intérêt tout particulier;
    (2°) sur le rôle dominant de la tyrannie à cette époque, déjà perçu par Thucydide (les cités qui comptèrent furent presque toutes, pendant un temps plus ou moins long, aux mains de dynasties de tyrans);
    (3°) sur l'importance des expériences coloniales dans le processus d'intégration de la Cité, d'une part, de l'expansion de la culture grecque, de l'autre.

    Vue sous ce triple éclairage, l'histoire d'Athènes, la principale bénéficiaire des guerres médiques, pouvait apparaître, tant aux Anciens qu'aux historiens modernes, tout-à-fait exceptionnelle: son législateur, Solon, est une des figures les plus marquantes de l'archaïsme; le rôle des Pisistratides fut exceptionnel, sur le plan économique et culturel, et si leur tyrannie se termina dans l'oppression et le sang, leur chute allait permettre l'installation du régime démocratique de Clisthène, lui même petit-fils d'un célèbre tyran de Sicyone. Il est un point cependant sur lequel l'historiographie moderne devait diverger de l'ancienne: celui de la colonisation. L'historicité de la tradition d'Athènes métropole de l'Ionie, largement accréditée au Ve s. parce qu'elle servait les desseins impérialistes de la cité, et qui remonte sans doute au VIe s., n'est plus acceptée de nos jours.


    Bibliographie
Antiquit@s ist ein Projekt des Swiss Virtual Campus - Kontakt : sandrine.codourey(at)unifr.ch & Centre NTE - Université de Fribourg - Suisse